Toulouse : Leur club « meurt à petit feu », des supporters lancent l’opération #SauvonsLeTFC

FOOTBALL L’opération #SauvonsLeTFC a été lancée par des supporters, alors que le club se traîne à l’avant-dernière place de Ligue 1 avant de recevoir Marseille ce dimanche

Nicolas Stival

— 

Des fans du TFC au Stadium de Toulouse contre le Paris Saint-Germain, le 10 février 2018.
Des fans du TFC au Stadium de Toulouse contre le Paris Saint-Germain, le 10 février 2018. — Pascal Pavani / AFP
  • Malgré un récent changement d’entraîneur, le TFC se retrouve 19e de Ligue 1 avant de recevoir l’Olympique de Marseille, ce dimanche.
  • Face au constat d’un « fossé » qui se creuse avec les dirigeants toulousains, bien au-delà des mauvais résultats, des supporters ont décidé de réagir avec #SauvonsLeTFC.
  • Cette opération se déroule sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la vraie vie, avec l’envoi de courriers au club toulousain.

Ils étaient 17 à 11h, puis douze une demi-heure plus tard, dont trois Grecs qui attendaient l’avant-centre Efthymios Koulouris. A J-4 du choc contre l’Olympique de Marseille, les supporters ne se bousculaient pas mercredi pour assister à l’entraînement du TFC au Stadium. « Et on sera de moins en moins », pronostique un sexagénaire, fidèle parmi les fidèles de l’île du Ramier.

L’effet Antoine Koumbouaré, nommé le 14 octobre à la place d’Alain Casanova, n’a pas duré. Le club présidé par Olivier Sadran et géré au quotidien par son bras droit, Jean-François Soucasse, se traîne à l’avant-dernière place de Ligue 1. Des bas-fonds auxquels les Violets semblent abonnés tout en évitant, jusqu’à présent, le précipice de la L2.

Aussi, certains fans ont décidé de forcer le destin. Le site LesViolets.com, l’Association de défense des intérêts des supporters toulousains (Adist) et l’émission de radio F2M Foot ont lancé le 13 novembre l’opération #SauvonsLeTFC. « On s’est aperçu que les supporters étaient lassés, inquiets, en colère, explique Jean-Baptiste Jammes (29 ans), fondateur de LesViolets.com. Au-delà de la situation comptable, un fossé s’est créé avec le club. Le TFC meurt à petit feu et on refuse de rester les bras croisés. »

Des courriers types à envoyer au club

Outre la diffusion du hashtag sur les réseaux sociaux, les amoureux déçus des Violets se voient proposer deux lettres types à envoyer aux dirigeants : « Demande de remboursement de l’abonnement » et « Je ne viens plus au Stadium ». « On s’attendait à ce que ce courrier finisse à la poubelle, mais le club rappelle », relève Yves (38 ans), président de l’Adist, qui propose de « tisser un lien entre le TFC et les supporters, même ceux qui ne font pas partie d’un groupe ».

Cette association loi 1901 est née après les incidents survenus à l’issue d'un sulfureux Toulouse - Lille le 7 mai 2018, qui a provoqué une fracture toujours pas réduite avec de nombreux fans.

« 200 courriers sont parvenus au siège, dont une vingtaine de demandes de remboursement, poursuit le trentenaire. On attend une direction sportive plus claire. On ne sait pas où le club veut aller. »

Beaucoup de suiveurs s’avouent lassés par les discours non suivis d’effets, comme la fameuse annonce d'« un partenariat très fort avec un très grand club européen », en juin 2018. Ou comme les promesses d’ouvrir le club sur l’extérieur, avant de rappeler à la même époque Alain Casanova au chevet de l’équipe, un peu plus de trois ans après son (premier) départ… Sans oublier une communication insaisissable, symbolisée par la présentation à la presse de Kombouaré, seul au pupitre alors que le nouveau coach est, dans à peu près tous les clubs du monde, accompagné d’un haut dirigeant à ce moment-là.

« La première pierre d’un édifice plus important »

La démarche ne vise pas (forcément) à réclamer le départ de Soucasse, exigé sur tous les tons par les ultras des Indians Tolosa à chaque match à domicile. « Que ce soit en changeant quelqu’un, ou en ajoutant quelqu’un, il faut que les choses soient dites, que ce club ait une voix claire », assène Yves qui, dimanche encore avant le match contre Marseille, accueillera les supporters intéressés par l’Adist à la porte 7 du Stadium.

« Cette opération est la première pierre d’un édifice plus important, ajoute Jean-Baptiste Jammes. Peut-être que derrière il y aura des relais au stade, des manifestations ou une marche. »

Et surtout, n’allez pas dire que le TFC n’intéresse plus personne, à force d’enchaîner les saisons fadasses. « Lorsque Casanova est parti et que Kombouaré est arrivé, on a eu 60.000 connexions par jour sur LesViolets.com, reprend le jeune homme, par ailleurs animateur sur Fun Radio. Les supporters existent, on le voit. »

Sollicité par 20 Minutes, le club n’a pas souhaité réagir.