TFC : Toulouse annonce un partenariat «avec un très grand club européen» pour l’«aider à grandir»

FOOTBALL Le TFC va procéder à une augmentation de capital, à hauteur de 20 %…

Nicolas Stival

— 

Le président du TFC Olivier Sadran, le 25 juin 2018.
Le président du TFC Olivier Sadran, le 25 juin 2018. — AFP
  • Le nom du « très grand club européen » n’a pas encore filtré.
  • Il doit aider le TFC en termes de recrutement et de marketing.

La période d’introspection dans les hautes sphères du TFC, annoncée après le maintien en Ligue 1 in extremis, a produit ses fruits. Pendant une heure et demie ce lundi, au centre de formation du club, le président Olivier Sadran (48 ans) a dressé l’état des lieux de l’entreprise qu’il préside depuis 2001, en difficulté récurrente depuis quatre saisons. Et il a lâché une bombe, une fois confirmée le retour d'Alain Casanova comme entraîneur : les Violets vont signer « un partenariat très fort avec un très grand club européen ».

« On travaille sur une augmentation de capital pour donner plus de moyens au club, autour de 20 %, avec un partenaire industriel qui a une valeur ajoutée », a glissé Sadran. Le « partenaire industriel », c’est le fameux « grand club », sur lequel l’actionnaire ultra-majoritaire du TFC (aux alentours de 90 % actuellement) n’a pas voulu en dire plus. Sinon que les négociations doivent aboutir entre « aujourd’hui et fin septembre ».

Le nom de Manchester City, spécialiste de ce type de démarches, est vite venu dans les discussions. « Manchester City fait effectivement des choses qui correspondent à ce qu’on veut, a répliqué le patron toulousain. Le problème, c’est qu’ils le font déjà ailleurs. »

Retrouver « un classement plus conforme à [ses] moyens »

Quel qu’il soit, le futur partenaire doit aider Toulouse à retrouver « un classement plus conforme à [ses] moyens ». Soit le milieu de classement pour un club au budget moyen en Ligue 1, annoncé à « 35 ou 36 millions d’euros », avec « de temps en temps de grosses saisons ». Comme lors de la première époque d’Alain Casanova, de retour sur un banc qu’il a déjà fréquenté de 2008 à 2015…

Mais au fait, que va apporter ledit partenaire au TFC ? Une expertise en termes de recrutement, tout d’abord. « Les grands clubs européens ont une base de données qui n’a rien à voir avec les quatre ou cinq personnes qu’on peut mettre sur le terrain tous les week-ends », juge Sadran.

Le président toulousain évoque ensuite « des capacités marketing, d’organisation, de vision du foot de demain largement supérieures au nôtre ». Et comme les grosses écuries ont souvent des effectifs XXL, pourquoi ne pas imaginer des prêts de joueurs vers l’île du Ramier ? Ce partenariat doit nous « aider à grandir », résume Jean-François Soucasse, le président délégué.

Et à l’inverse, que peut espérer un mastodonte du foot européen d’un tel accord ? « Il prend pied dans un championnat majeur, indique Olivier Sadran. Il peut aussi regarder notre centre de formation. » Une pouponnière dont sortent pas mal de très bons joueurs, dont le capitaine Issa Diop, recruté le 19 juin par West Ham pour environ 25 millions d’euros.