TFC-LOSC: Toulouse en crise, des incidents après le match devant le Stadium

VIOLENCES Des policiers ont chargé des supporters toulousains après la défaite du TFC, dimanche soir sur le parvis du Stadium…

Nicolas Stival

— 

Les supporters du TFC ont été chargés par des policiers. Illustration.
Les supporters du TFC ont été chargés par des policiers. Illustration. — B. Colin / 20 Minutes
  • Après le match, des fans du TFC ont voulu parler aux principaux dirigeants du club, une rencontre qui n’a pas eu lieu.
  • Des supporters, dont les Indians Tolosa 93, dénoncent la violence des charges policières.

C’est un cliché mais oui, « tout va très vite dans le football ». Dimanche, à la mi-temps de ce TFC-Lille démarré à 17 h 05, Toulouse menait 2-1 et l’immense majorité des 26.251 spectateurs du Stadium poussait à fond derrière son équipe. Moins d’une heure [et une seconde période incroyablement ratée] plus tard, les hommes de Michaël Debève rentraient aux vestiaires battus par le Losc (2-3), conspués voire insultés par de nombreux supporters.

Mais le plus grave restait à venir, sur le parvis du stade, où s’étaient réunis plus d’une centaine de fans. Parmi eux, des membres des Indians Tolosa 93, le principal groupe ultra de la Ville Rose. « On voulait qu’Olivier Sadran et Jean-François Soucasse [président et président délégué du TFC] viennent s’expliquer », relate Marco, des Indians. S’expliquer sur le cap fixé par les dirigeants d’un club barragiste de Ligue 1 à deux journées de la fin, et qui, pour la troisième fois en quatre ans, lutte pour ne pas descendre.

Face à la situation très tendue, des appels au calme par mégaphone ont été lancés alors que les joueurs regagnaient le parking où leur voiture était garée. Le défenseur Christopher Jullien est venu discuter avec les supporters présents. Le comité d’accueil a été beaucoup plus houleux pour Andy Delort. L’attaquant a été insulté et aurait même été pris à partie physiquement, selon des témoignages recueillis par le site LesViolets.com, ce qui a provoqué une première intervention des policiers de la Section d’intervention rapide (SIR).

La seconde n’allait pas tarder. « On était en train de négocier avec le SLO (Supporters Liaisons Officer, ou référent supporters) du TFC quand quelqu’un a allumé et jeté un fumigène par terre, reprend Marco. A peu près cinq minutes plus tard, la police a chargé. » Certains supporters se sont fait courser sur plusieurs dizaines de mètres. Marco détaille :

« Les policiers ont chargé avec des Flash-Ball. On s’est fait défoncer ! Moi, j’ai pris un coup de pied dans le nez. Trois gars ont été placés en garde à vue. On a déjà recueilli beaucoup de témoignages, des vidéos. On veut que le TFC se désolidarise de ces actions. »

Alors que les relations restaient cordiales entre le club et la plupart de ses supporters, malgré des résultats en berne, ces incidents vont laisser des traces. Toulouse doit encore se déplacer samedi à Bordeaux, puis retrouvera le Stadium pour la venue de Guingamp une semaine plus tard, avant de possibles barrages. L'« union sacrée » décrétée par le TFC avant la réception de Lille a volé en éclats ce dimanche soir.