TFC-LOSC: «On en a gros»... Malgré la lassitude, les supporters toulousains jouent «l'union sacrée»

MATCH DE LA PEUR Le Stadium sera copieusement garni dimanche pour le match entre le TFC et Lille, décisif pour le maintien en Ligue 1…

Nicolas Stival

— 

Les supporters du TFC sont espérés en masse lors de la réception de Lille, dimanche, cruciale pour le maintien de l'équipe en Ligue 1.
Les supporters du TFC sont espérés en masse lors de la réception de Lille, dimanche, cruciale pour le maintien de l'équipe en Ligue 1. — F. Lancelot / Sipa
  • Déçus par la (nouvelle) mauvaise saison de leur club, les supporters toulousains vont toutefois affluer au Stadium.
  • Ils profitent de la politique tarifaire favorable adoptée par le TFC pour ce match crucial.
  • Le Losc a payé le déplacement à 850 de ses fans.

Dimanche, une ambiance de feu est attendue lors d’un match à Toulouse. A 15 heures, Ernest-Wallon accueillera une finale de Pro D2 « caliente » entre Perpignan et Grenoble. Qu’en sera-t-il deux heures plus tard du côté du Stadium ? 17e de Ligue 1, le TFC ne doit surtout pas perdre contre Lille, 19e, sous peine de glisser dans la zone de relégation, à deux journées de la fin du championnat.

Vendredi, le TFC annonçait que plus de 25.000 personnes avaient déjà pris leur place, soit une affluence bien supérieure à la moyenne de la saison (15.914 spectateurs). Le club a tout fait pour garnir au maximum son enceinte de 33.000 sièges : billets à cinq et dix euros, ainsi qu’un ticket gratuit offert à chacun de ses quelque 8.000 abonnés.

« Je suis allé chercher le mien mercredi matin et il y avait énormément de monde, indique Alain Grolier, président des Supporters des Violets, le groupe officiel des fans installé dans la tribune sud. C’est le match de la dernière chance. J’espère qu’il y aura une dernière charge héroïque de la part des supporters. »

10.000 drapeaux distribués par le TFC

Pour « ambiancer » le Stadium, 10.000 drapeaux seront distribués par le TFC, qui appelle à « l’union sacrée ». « Nos supporters ont toujours répondu présents quand nous avions besoin d’eux », assure l’entraîneur Michaël Debève. Certes, mais pas mal de fans évoquent aussi une réelle lassitude devant la situation de leurs favoris, en lutte pour leur survie dans l’élite pour la troisième fois lors des quatre dernières années.

« On en a gros, comme on dit, souligne Marco, des Indians Tolosa 93. Surtout que le potentiel est là, sur le terrain et en dehors, ce qui accentue encore plus le sentiment d’énorme gâchis. » Toutefois, le groupe ultra du virage Brice-Taton « ne lâchera pas les joueurs » dimanche. Il a même prévu d’accueillir leur bus à son arrivée au Stadium, pour transmettre de bonnes ondes. « Quel que soit le résultat final, je pense que cette saison laissera des traces profondes », ajoute toutefois Marco.

« Chez nous, on ne peut pas trop parler de lassitude, mais il y a un peu de découragement, d’énervement », observe Alain Grolier (70 ans, dont 32 ans de supportérisme).

« Les joueurs tentent, mais ça ne réussit pas. Si on se sauve, ce sera grâce aux autres équipes. On fait de super matchs contre les têtes d’affiche puis on se ramasse contre le dernier ou l’avant-dernier. »

Problème : l’avant-dernier de L1 actuellement, c’est Lille. Pour se donner des forces, le Losc a offert le déplacement à ses supporters, dont 850 rempliront le parcage du Stadium réservé aux visiteurs.