TFC : Wesley Saïd peut marquer « une vingtaine de buts » par saison assure son coach Alain Casanova

FOOTBALL L’entraîneur du TFC Alain Casanova affiche de grandes ambitions pour son attaquant Wesley Saïd, avant le derby de la Garonne contre Bordeaux, samedi. L’ex-Dijonnais est la recrue la plus chère de l’histoire du club toulousain

Nicolas Stival

— 

L'attaquant toulousain Wesley Saïd lors d'un match de Ligue 1 à Nîmes, le 21 septembre 2019.
L'attaquant toulousain Wesley Saïd lors d'un match de Ligue 1 à Nîmes, le 21 septembre 2019. — Pascal Guyot / AFP
  • Wesley Saïd a quitté Dijon pour Toulouse à l’intersaison. Montant du transfert : entre 7,5 et 8 millions d’euros, soit le plus cher de l’histoire du TFC.
  • Pour Alain Casanova, l’attaquant de 24 ans a le potentiel pour marquer « une vingtaine de buts » et réussir « une dizaine de passes décisives » par saison.
  • A ce jour, le record de Saïd est de neuf réalisations en Ligue 1 avec Dijon, lors de la saison 2017-2018.

C’était la sensation de l’été au TFC. Après avoir fait la grève de l’entraînement pour arriver à ses fins, Wesley Saïd a quitté Dijon et rejoint Toulouse. Les Violets ont déboursé entre 7,5 et 8 millions afin d’attirer l’attaquant polyvalent de 24 ans, catégorie poids léger (1,73 m, 72 kg), via un contrat de quatre saisons. Tout simplement le record du club, pour un joueur dont l’explosion annoncée dès ses années de formation rennaise n’a pas (encore ?) eu lieu.

« Ce sont des histoires entre clubs, moi je n’y suis pour rien, observe l’ancien international espoirs également passé par Laval, au sujet de cette somme rondelette. J’ai envie de rendre la confiance que le club m’a apportée. » Arrivé à court de compétition, Saïd a inscrit son premier but le week-end dernier à Metz (2-2). Il a aussi délivré une passe décisive en sept apparitions en L1, avant le derby samedi contre Bordeaux (20h).

« Il n’est pas encore totalement à 100 % », plaide Alain Casanova lorsqu’il évoque cette très chère recrue débarquée à court de compétition, qui devrait surtout évoluer sur l’aile droite. « Il est très à l’aise des deux pieds, assure l’entraîneur toulousain. Il est capable de venir en appui, de jouer dans la profondeur et il est très adroit devant le but, même s’il n’en prend pas forcément conscience. »

32 buts en 158 matchs pros à ce jour

Depuis son début de carrière, cette efficacité ne saute en effet pas aux yeux : Saïd a inscrit pour l’heure 32 réalisations en 158 matchs professionnels. « Il doit être capable de donner une dizaine de passes décisives et de marquer une vingtaine de buts [par saison] », assène Casanova. Et au cas où les quelques journalistes présents ce jeudi au Stadium auraient cru à une boutade, « Casa » martèle : « J’ai bien dit une vingtaine de buts, pas cinq ou dix. » La barre est très, très haute pour un garçon dont le record culmine à neuf réalisations, en 2017-2018 avec Dijon.

Qu’en pense l’intéressé ? Il faudra attendre pour le savoir, puisque Saïd est passé avant son entraîneur en conférence de presse. Il était alors simplement question de « reprendre plaisir sur le terrain, aider au maximum [ses] coéquipiers, marquer et faire des passes décisives ». Sans objectif chiffré, ni égoïsme revendiqué. « Que ce soit mon ami ou moi qui marque… », avait lâché le Pichichi qui s’ignore encore.

La jurisprudence Ben Yedder

Si Casanova est aussi prophétique avec Saïd qu’il l’a été avec Wissam Ben Yedder, dont il vantait l’adresse diabolique lorsque l’international français, aujourd’hui à Monaco, évoluait encore avec la réserve toulousaine, l’actuel 14e de L1 vivra enfin des saisons qui chantent. Avant de réaliser la meilleure vente de son histoire, après son investissement record de l’été.

On n’en est pas là, loin s’en faut. L’heure n’est surtout pas à l’enflammade, qui ne semble de toute manière pas le genre de la maison Saïd. « J’ai un plan de carrière, mais je vais le garder pour moi. »