« Je veux la Ligue 1, et je jouerai en Ligue 1 », promet Albin Ebondo, plus de sept ans après sa première retraite

FOOTBALL A 35 ans, et plus de sept ans après son dernier match de Ligue 1, Albin Ebondo n’en démord pas : l’ancien défenseur de Toulouse et de Saint-Etienne veut rejouer dans l’élite

Nicolas Stival

— 

L'ancien défenseur de Saint-Etienne Albin Ebondo (35 ans) tente un improbable retour en Ligue 1.
L'ancien défenseur de Saint-Etienne Albin Ebondo (35 ans) tente un improbable retour en Ligue 1. — Philippe Merle / AFP
  • Le pari semble fou, mais Albin Ebondo (35 ans) souhaite rejouer en Ligue 1, alors que son dernier match remonte au 20 mai 2012.
  • Son préparateur physique assure que l’ancien défenseur du TFC et de l’ASSE est aussi affûté qu’au moment de sa première retraite.

Après Tatiana Golovin, Albin Ebondo ? L’époque est au come-back dans le sport de haut niveau. Plus vue sur un court de tennis depuis 2008, l’ancienne douzième joueuse mondiale est attendue aux qualifs du tournoi de Luxembourg, mi-octobre. Dans un gymnase de Saint-Etienne, Albin Ebondo (35 ans) rêve aussi d’un incroyable retour. L’ancien footballeur veut retrouver la Ligue 1, plus de sept ans après son dernier match, un ASSE – Bordeaux, le 20 mai 2012 (2-3).

20 Minutes avait déjà contacté en septembre 2018 l’ex-arrière droit toulousain et stéphanois. Nous sommes revenus aux nouvelles une saison plus tard et sa volonté « n’a pas changé ». « Je veux la Ligue 1, et je jouerai en Ligue 1, assène l’ancien international Espoirs, génération Le Tallec/Sinama-Pongolle. Je veux toujours atteindre le but que je m’étais fixé et je m’entraîne pour ça. Je n’ai que cette ambition. »

Et si un club de L2 venait aux nouvelles ? La réponse est immuable : « Mon objectif, c’est la Ligue 1 », explique celui qui avait notamment justifié son surprenant arrêt de carrière, à 28 ans à peine, par une saturation mentale. Mais est-ce bien raisonnable ? Ebondo renvoie vers le préparateur physique qui le suit au quotidien, au sein de la structure Win Win Performance.

« Encore plus motivé et passionné »

« Je le trouve encore plus motivé et passionné que lorsqu’il était pro, assure Jérôme Patouillard, qui connaît le Marseillais de naissance depuis le début de la décennie. Je l’avais déjà accompagné voici deux ans, et je le suis de nouveau depuis juin. Il est là tous les matins, il ne bronche pas. » Au milieu de professionnels du sport mécanique, la spécialité des lieux, mais aussi de handballeurs, de basketteurs et de quelques autres footballeurs, Ebondo empile du travail athlétique (vitesse, endurance, muscu) à raison de séance d’« 1h30 ou 1h40 » par jour.

« Il n’a jamais été aussi fort physiquement, en endurance comme en vitesse, promet Patouillard. J’aimerais le voir sur un terrain. Je suis assez serein. L’expérience, il l’a. La tactique, il la retrouvera facilement. » Depuis 2012, Ebondo n’a disputé qu’un match de foot, une rencontre amicale entre la réserve de Saint-Etienne et Annecy (National 2), en juillet 2018.

« J’apprécie vraiment Albin et je le respecte énormément, indique Alain Casanova, qui a entraîné le défenseur au TFC jusqu’en 2010 et son départ pour le Forez. Rejouer en Ligue 1, c’est tout le mal que je lui souhaite. Mais j’ai bien peur que ce soit difficile à son âge, après tant d’années d’inactivité. ».

Les doutes de Casanova

Le technicien toulousain se demande qui osera offrir l’opportunité à Ebondo de retrouver le seul niveau qu’il a jamais connu en huit ans de carrière (237 matchs et quatre buts dans l’élite). « Aujourd’hui, je n’ai pas de proposition, mais je veux jouer en L1 », répète inlassablement l’intéressé, habitué à fonctionner sans agent. Alors, le trentenaire continue à s’entraîner, sans fixer de limite à sa quête.

Avec le soutien indéfectible de Jérôme Patouillard qui, l’air de rien, imagine tout de même une porte de sortie. « S’il ne réussit pas comme footballeur, il pourra réussir comme conférencier, assure le préparateur physique. Il a vraiment tout compris à ce que nécessite le haut niveau. Et c’est quelqu’un d’une grande sagesse, qui apporte beaucoup aux jeunes qui s’entraînent à ses côtés. » Comme quoi, on peut être un sage et tenter un pari complètement fou.