OM : « Tu tues ton joueur ! » André Villas-Boas défend Jordan Amavi et juge les sifflets « intolérables »

FOOTBALL Le latéral de l'OM a été copieusement sifflé et chahuté par le Vélodrome après un nouveau match raté, ce dimanche, face à Rennes. Mais Villas-Boas, Mandanda et Germain le défendent

J.S.-M.

— 

Le Marseillais Jordan Amavi réalise un début de saison calamiteux.
Le Marseillais Jordan Amavi réalise un début de saison calamiteux. — Daniel Cole/AP/SIPA

Tous unis avec Amavi. Les Marseillais font front autour de leur latéral, pris en grippe par le Vélodrome. Sifflé dès la présentation des joueurs, son changement, à la mi-temps, a été salué par une copieuse bronca. « Intolérable » selon André Villas-Boas, qui a amené le sujet lui-même en conférence de presse d’après OM-Rennes​ (1-1) :

Je n’ai pas apprécié les sifflets contre Amavi, je ne comprends pas, c’est intolérable, tu tues ton joueur. Je comprends qu’on siffle le collectif, mais pas l’individu. Pour moi c’est incroyable, avec notre effectif trop court, avec quatre titulaires absents… C’est de la persécution ! Il faut avoir le respect d’un joueur qui mouille le maillot. Quand il volait et arrivait en finale de Ligue Europa, on n’avait pas cette discussion ! »

Même si Sakai a été convaincant sur le côté gauche, Amavi estime que « Jordan aura plusieurs opportunités » dans les prochains matchs.

La « petite tape » de Germain

Le joueur a aussi été défendu par ses coéquipiers. « Je lui ai mis une petite tape sur l’épaule pour lui montrer que j’étais avec lui, il vit une période dure comme j’en ai vécu avant lui et comme d’autres en ont vécu avant lui, mais le groupe a besoin de lui », a dit Valère Germain. Steve Mandanda, lui aussi chahuté la saison dernière, en a fait de même : « Ce n’est pas simple de vivre ça… J’en profite pour passer un message aux supporters : y a qu’avec eux qu’on fera de belles performances ! »