PSG – Real Madrid : « Benzema, il est n°9 du Real depuis 25 ans, non ? » Tuchel détend l’atmosphère avant le choc

FOOTBALL L’entraîneur parisien s’est montré confiant avant l’ouverture de la Ligue des champions à la maison

J.L.

— 

Thomas Tuchel, le 13 septembre 2018 au Camp des Loges.
Thomas Tuchel, le 13 septembre 2018 au Camp des Loges. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Au Parc des Princes,

Un petit moment de grâce dans l’auditorium du Parc entre l’une des 124 questions sur Neymar de nos amis ibériques, qui voulaient à tout prix savoir si le Brésilien avait pleuré des larmes de sang en serrant fort son doudou après la chaude réception des Ultras samedi contre Strasbourg. Petite question innocente sur Karim Benzema, et déroulage en fumant la pipe de Tuchel, qu’on n’a plus vu aussi souriant depuis… ben depuis que le PSG gagnait des matchs importants, il y a teeeeeeeeeeellement longtemps.

« Benzema ? C’est l’un des joueurs les plus sous côtés qui existe. Il joue numéro neuf depuis le Real Madrid depuis au moins 25 ans (rires). Il y a d’autres attaquants, mais qui joue ? Benzema. C’est la classe mondiale. Il est très difficile de défendre, il se déplace sur les côtés, il prend tous les espaces. Ses équipiers lui adressent beaucoup de centres, il est très fort de la tête… C’est bon j’en ai assez dit ? »

En creux de cette louange, évidemment, l’absence des trois meilleurs attaquants parisiens pour rivaliser avec l’ancien lyonnais, à la fois au four, au moulin, à la cuisson, et à la dégustation côté madrilène. Mbappé, Cavani, et Neymar sont absents, tandis que Tuchel semble encore dubitatif sur la forme physique d’Icardi.

Pas d’objectif précis cette saison

« On manque d’attaquants pour mercredi, tout le monde sait ça, on doit trouver des solutions, mais je suis convaincu qu’on aura une équipe forte sur le terrain. Surtout, je veux qu’on soit actifs. Le Real a beaucoup d’expérience, mais ce n’est pas ce match qui va décider de tout le reste. Je veux qu’on soit courageux et qu’on joue pour la gagne ».

Match après match, le nouveau crédo des Parisiens qui refusent de se projeter trop loin, douchés pour toutes ces déconvenues successives dans l’épreuve. Seule ambition avouée ? Ne pas reproduire le ridicule de l’an dernier face à Manchester. « Il y a des équipes qui ont plus d’expérience que cette compétition, a plaidé Verratti. Regardez le Real Madrid, c’est une légende de cette compétition. Ils sont toujours favoris. Si on n’y arrive pas, on se fera une raison mais je ne veux pas avoir de regrets comme l’an dernier ». Pas mieux de notre côté Marco.