Coupe du monde féminine: Comment la Thaïlande garde le moral après avoir encaissé 18 buts en seulement 2 matchs?

FOOTBALL A Nice ce dimanche après-midi, les joueuses thaïlandaises se sont inclinées 5-1 contre la Suède. Lorsque le premier but a été marqué, dans les arrêts de jeu, le staff a fondu en larmes

Mathilde Frénois

— 

Patchada, Stéphane et Anthony avant le match Thaïlande-Suède.
Patchada, Stéphane et Anthony avant le match Thaïlande-Suède. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Elles ont vu leurs filets trembler. Beaucoup plus que toutes les autres équipes. Contre les Etats-Unis, les Thaïlandaises ont encaissé treize buts. Un record en Coupe du monde féminine de football. Puis, ce dimanche après-midi sur la pelouse du stade de Nice, elles ont dû faire face à une autre lourde défaite : 5-1 contre l’équipe de Suède.

Mais un petit but qui a ému tout un pays. Sur un contre dans les arrêts de jeu, c’est Kanjana Sung-Ngoen qui a inscrit le premier et seul but de la Thaïlande après en avoir encaissé 18 en deux matchs. Une réalisation qui a déclenché les larmes de la coach et la manageuse générale de l’équipe. Mais comment font supporters, joueuses et staff pour garder le moral après un début de compétition catastrophique ?

« Marquer un but nous a rendues heureuses »

« Le match précédent nous n’étions pas à la hauteur parce que les USA étaient trop fortes et trop rapides pour nous, explique la capitaine Kanjana Sung-Ngoen. Je suis très heureuse d’être la première Thaïlandaise à avoir marqué en Coupe du monde. C’était un match très difficile, nous avons gagné beaucoup d’expérience parce que les Suédoises sont très fortes et ont un classement Fifa bien meilleur que le notre. Marquer un but nous a rendues heureuses. »

Les supporters, eux, ne tremblent pas. Patchada, Stéphane et le petit Anthony n’ont jamais cessé de croire en leur équipe. « La défaite n’est pas importante. Le score non plus, explique Patchada, Thaïlandaise installée à Monaco. C’est du sport, et c’est tout ce qui compte. » La petite famille a sorti le maillot de l’équipe nationale et les drapeaux XXL pour l’occasion. « On a toujours le sourire. C’est ce qu’on dit en Thaïlande », rigole Stéphane. Pour lui, retrouver la Thaïlande au Mondial, c’est déjà une petite victoire : « C’est important car les Thaïlandais adorent le football. Ils regardent surtout la Premiere League, analyse-t-il. J’ai fait un tournoi inter-village au nord du pays. Certains jouaient avec le maillot du PSG. »

« Nous sommes maintenant prêtes mentalement »

Si les supporters voient d’abord dans cette participation une avancée pour le foot thaïlandais, la manageuse générale n’oublie pas le score. Après la lourde défaite face aux Etats-Unis, Nualphan Lamsam s’est « excusée auprès de tous leurs supporters » et les a « remerciés pour leur soutien ».

Finalement un mal pour un bien : cette lourde défaite a permis aux Thaïlandaises de se préparer mentalement aux autres matchs de poule : « Nous devons admettre que c’était notre premier match et que nous étions très déçues, mais après la rencontre, nous avons reçu pleins d’encouragements, a expliqué en conférence de presse la coach Nuengruethai Sathongwien. Cela nous a permis d’accepter la situation. Nous sommes maintenant prêtes mentalement à jouer le prochain match. » Un prochain match contre le Chili jeudi qui sera certainement le dernier des Thaïlandaises. Mais Kanjana Sung-Ngoen l’assure : « Nous allons nous battre sans penser à ce qui s’est passé avant. »