Coupe du monde féminine: Messi ou Hegerberg? Que préfèrent les petites footballeuses?

REPORTAGE Les joueuses niçoises disputeront la Danone Nations Cup, sorte de Coupe du monde pour enfants, samedi à Montpellier

Mathilde Frénois

— 

Les joueuse de l'OGC Nice s'entraînent avant de partir au tournoi.
Les joueuse de l'OGC Nice s'entraînent avant de partir au tournoi. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • L’OGC Nice compte 120 filles de 5 à 30 ans. Le club enverra samedi son équipe U12 féminine à la Danone Nations Cup à Montpellier.
  • Les jeunes filles reviennent sur leur relation avec le football féminin.

Karine, Célia, Pauline et Casssandre sont arrivées sur la pelouse une heure avant leur créneau d’entraînement. Largement le temps de se raconter leur journée d’école, de chausser les crampons et de répondre aux questions. Ces quatre joueuses de l’OGC Nice vont s’entraîner pour la dernière fois avant la Danone Nations Cup, sorte de Coupe du monde pour enfants. Elles partiront vendredi à Montpellier fin d’affronter toutes les équipes de la « zone sud ».

A 11 ans, les petites Niçoises ont déjà dans la tête l’idée de fouler d’autres pelouses : celles plus prestigieuses de centre de formation de clubs professionnels et de camp de base d’équipes nationales. Objectif : jouer des matchs à haut niveau. Mais pour le moment, elles vivent leur quotidien d’enfant fait de collège, de football et de passion. Qui sont les idoles de ces préados : Lionel Messi ou Ada Hegerberg ? Regardent-elles du foot féminin ou masculin à la télé ? Et quels sont les noms inscrits sur leurs maillots ? 20 Minutes est allé leur poser la question.

Les maillots de Messi et Ronaldo

Karine rigole. Elle n’a pas la pression avant cette Coupe du monde des enfants. Ni face aux questions. La petite attaquante est taillée pour les deux exercices : « J’ai fait mes premiers pas sur un terrain de foot, raconte celle qui vient d’une famille très impliquée dans ce sport. D’ailleurs je n’ai pas marché mais j’ai directement couru. » Lui demander ses joueurs préférés, c’est entendre deux réponses : « Chez les filles, c’est Eugénie Le Sommer pour la technique, la rapidité, le dribble. Et chez les garçons, c’est Messi. » Son parrain lui a offert un maillot du Barcelonais, et un autre de Ben Arfa quand il était Niçois.

Cassandre aussi n’a que des maillots de joueurs : Ronaldo, Messi et le survêtement du Real. « Je n’ai pas de maillot de filles, regrette la défenseur des U12 du Gym. A chaque fois, j’essaie d’en acheter mais il n’y en a jamais dans les boutiques. » Les petites joueuses se contentent alors de maillots sans flocage, ou bien d’une inscription avec leur prénom. Pourtant, Cassandre a cité Wendy Renard quand on lui a demandé son joueur préféré et Pauline a répondu Eugénie Le Sommer. « On n’a aucun maillot fille à vendre, confirme Gaëlle Mauduit, responsable formation et préformation des filles au club. Parce qu’il n’y a que du foot féminin amateur à l’OGC Nice. » Le club compte 120 filles de 5 à 30 ans. Certaines d’entre elles seront ramasseuses de balles ou porte-drapeaux lors des matchs de la Coupe du monde féminine qui se disputeront à l’Allianz Riviera. « Les U13 sont invitées à France-Norvège car elles ont gagné une finale départementale », dit Gaëlle Mauduit.

Sport-études

Pauline ira voir les trois premiers matchs à l’Allianz Riviera début juin. Car à la télévision, c’est difficile pour cette attaquante de suivre les rencontres : « Je regarde surtout les filles, pas trop les garçons car les matchs sont à 21h et le lendemain j’ai école, explique-t-elle. Les filles jouent souvent l’après-midi donc j’ai le temps de regarder. »

Pauline et ses trois coéquipières devront continuer à être sérieuses. L’année prochaine, toutes devraient intégrer une classe aménagée Sport-études dans un collège de Nice. Pour entretenir leur rêve : devenir footballeuses professionnelles.