Ballon d'Or: «C’est une serial buteuse, elle a ça dans le sang»… L’OL célèbre Ada Hegerberg

FOOTBALL Les anciennes internationales de l’OL Camille Abily et Elodie Thomis sont ravies du sacre d’Ada Hegerberg, premier Ballon d'Or féminin de l’histoire…

Jérémy Laugier

— 

Ada Hegerberg, ici lors de la dernière finale de Ligue des champions contre Wolfsburg, le 24 mai à Kiev.
Ada Hegerberg, ici lors de la dernière finale de Ligue des champions contre Wolfsburg, le 24 mai à Kiev. — Kieran McManus/BPI/Shut/SIPA
  • L’attaquante norvégienne de l’OL, Ada Hegerberg, a reçu lundi soir le premier Ballon d'Or féminin de l’histoire.
  • Ses anciennes coéquipières lyonnaises Camille Abily et Elodie Thomis reviennent sur le parcours supersonique de la joueuse de 23 ans, qui enchaîne les sacres avec l’OL.
  • Ada Hegerberg présentera son trophée ce mercredi avant le coup d’envoi (19 heures) d’OL-Rennes en Ligue 1.

En avril 2015, 20 Minutes avait demandé à Ada Hegerberg si elle avait l'ambition de devenir la meilleure joueuse du monde. Malgré une première saison remarquable à l'OL, à seulement 19 ans, elle avait répondu, un sourire gêné sur les lèvres : « Je ne me pose pas vraiment cette question. J’essaie d’apprendre le plus possible aux côtés de filles de niveau mondial comme Camille Abily, Lotta Schelin et Lara Dickenmann ».

Seulement trois ans plus tard, l’attaquante norvégienne se retrouve déjà sur le toit de monde, après avoir reçu lundi le premier Ballon d'Or de l’histoire du football féminin. Une consécration individuelle qui ne surprend pas vraiment ses anciennes partenaires Camille Abily et Elodie Thomis, retirées des terrains depuis l’été dernier.

« J’ai immédiatement été impressionnée par sa maturité »

« A son arrivée au club, elle était très timide mais elle dégageait un truc : elle avait vraiment envie de percer », se souvient l’ancienne attaquante des Bleues. « J’ai immédiatement été impressionnée par sa maturité. On a 11 ans d’écart mais je ne m’en suis jamais rendue compte », indique Camille Abily, qui a partagé sa chambre lors de son premier stage d’avant-saison en Suisse, durant l’été 2014.

« La pauvre, elle avait galéré là-bas en découvrant l’intensité de notre préparation », sourit Elodie Thomis. Oui, mais elle avait inscrit deux décisifs quelques jours plus tard, en finale de la Valais Cup contre le PSG (3-2). Les débuts rêvés pour une si belle histoire entre l’OL et Ada Hegerberg, un duo indécollable qui a collectionné en quatre ans trois Ligues des champions, quatre D1 et trois Coupes de France.

Deux saisons à plus de 50 buts !

De l’avis de tous à Lyon, Ada Hegerberg est avant tout « une pure buteuse », capable d’enchaîner quatre saisons à plus de 25 buts, et même deux au-delà du cap des 50, toutes compétitions confondues. « Cette soif de buts, c’est quelque chose, explique Camille Abily. Même à l’entraînement, lorsqu’elle rate une occasion, ça la frustre pendant un bon moment. »

« Je ne vais pas vous dire qu’elle est contente quand elle ne marque pas car ce n’est pas vrai, confirme Elodie Thomis. C’est une serial buteuse, une vraie, elle a ça dans le sang. » Un sens du but accompagné d’une rage de vaincre à toute épreuve.

« Nous avons été dépendantes d’elle »

« Même dans son regard, elle a toujours cette concentration et cette détermination assez dingues, constate la Martiniquaise. Depuis plusieurs années, nous avons été dépendantes d’elle et sa régularité mérite d’être récompensée. » Et ce d’une drôle de manière, en partageant la photo souvenir du Ballon d'Or aux côtés de Luka Modric et Kylian Mbappé.

« Elle a vécu un truc de ouf, mais la connaissant, elle va se remettre au travail dès demain, assure Elodie Thomis. Elle est comme ça Ada, et c’est bien, non ? » Ne comptez pas sur l’OL, qui va présenter son phénomène norvégien avec son trophée, ce mercredi avant OL-Rennes (19 heures), pour s’en plaindre.