Bonne ambiance à Chelsea: Un Sarri furieux quitte l'entraînement avant la finale de Ligue Europa contre Arsenal

FOOTBALL L'entraîneur des Blues, passablement énervé, a quitté la séance avant la fin

G.B.

— 

Maurizio Sarri avant la finale de Ligue Europa.
Maurizio Sarri avant la finale de Ligue Europa. — Darko Bandic/AP/SIPA

Maurizio Sarri n’est pas vraiment connu pour être l’entraîneur le plus calme d’Europe. Mais on ne pensait pas le voir quitter un terrain d’entraînement, fou furieux, à la veille d’une finale de coupe d'Europe. C’est pourtant ce qu’il s’est passé mardi, à Bakou, à quelques heures de la finale de Ligue Europa, contre Arsenal (ce mercredi soir, à 21 heures).

Il existe deux versions qui permettraient d’expliquer ce coup de sang. Selon la plupart des médias, il s’agirait d’une réponse à une embrouille entre Gonzalo Higuain et David Luiz, après plusieurs petits coups dans le jeu et des mots échangés lors d’une opposition à l’entraînement.

Dans la vidéo publiée par RMC, on peut effectivement voir l’entraîneur italien balancer sa casquette alors qu’il se dirige vers les vestiaires et mettre un coup de pied dedans dans la foulée. Quelques secondes plus tôt, les images montraient le début d’accrochage entre les deux joueurs.

« Excédé par la présence des caméras » ?

Mais deux éléments (l’absence des buts mobiles à l’entrée de la surface et de chasubles portées par certains joueurs), laissent penser qu’il s’est passé un peu de temps entre les deux scènes, et donnent du crédit à la version de L’Equipe.

Car, selon le quotidien sportif, c’est parce qu’il était « excédé par la présence des caméras » que l’ancien coach de Naples a quitté le terrain, mardi. « Si ce geste d’humeur a d’abord été interprété comme la conséquence de la prise de bec survenue quelques instants plus tôt entre David Luiz et Gonzalo Higuain, a priori pour un excès d’engagement de l’Argentin, Sarri aurait en fait été exaspéré par le fait que la séance soit ouverte aux médias, ce qui l’a empêché de travailler les coups de pied arrêtés comme il l’aurait souhaité. »

Ne reste plus qu’à espérer pour les Blues (et les Lyonnais) que le technicien italien a pu faire passer ses consignes loin des caméras.