FC Nantes: Mais que vaut vraiment Antonio Mance recruté en toute fin de mercato?

FOOTBALL L'attaquant croate de 23 ans, qui pourrait faire partie du groupe se déplaçant samedi à Monaco, est prêté à Nantes par Trencin (D1 slovaque)

David Phelippeau

— 

Franck Kita, DG délégué du FCN, et Antonio Mance.
Franck Kita, DG délégué du FCN, et Antonio Mance. — D.P. / 20 minutes
  • Le FC Nantes a recruté l’attaquant Antonio Mance à la toute fin du mercato de janvier.
  • Ce Croate de 23 ans est prêté jusqu’à la fin de la saison par le club slovaque de Trencin.
  • Ceux qui l’ont bien connu le décrivent comme un attaquant talentueux, mais pas non plus comme un cador.

Son nom est sorti dans la presse à quatre heures de la fermeture du marché d’hiver, le jeudi 31 janvier. Puis une heure plus tard, Antonio Mance, élément proposé et validé par le coach Vahid Halilhodzic, est devenu Nantais par le biais d’un prêt payant (200.000 euros) de Trencin (D1 slovaque), assorti d’une option d’achat à 2 millions d’euros. Avant cela, peu d’observateurs du football européen pouvaient sans aucun doute se targuer de connaître ce jeune Croate de 23 ans, passé par les championnats croate, slovène et slovaque. Que vaut cet attaquant, qui est entré contre Nîmes (2-4) dimanche dernier et qui pourrait être dans le groupe pour le déplacement samedi à Monaco ? Va-t-il venir s’ajouter à la liste des joueurs qui sont passés au FCN et sont restés dans le quasi-anonymat ?

Luka Elsner, actuel entraîneur de l’Union-Saint-Gilloise en D2 belge, n’a pas oublié « la vitesse d’exécution impressionnante » de son protégé pendant la saison 2015-2016 à Domzale (D1 slovène). « Il a une facilité à enchaîner des deux pieds que j’ai rarement vus au niveau professionnel. Pour moi, il a un fort potentiel. » Ces qualités ont été repérées quand il était jeune en attestent ses différentes sélections en équipe de Croatie U19 et U20. « A un moment de sa jeunesse, il était vu comme quelqu’un de très talentueux en Croatie, mais il a fait quelques erreurs… », poursuit Elsner. Lesquelles ? « Il n’a pas fait les bons choix de clubs et n’a pas forcément été bien guidé. » Le technicien slovène n’en dira pas davantage.

Benjamin Morel a évolué aux côtés d’Antonio Mance. Toujours à Domzale et toujours en 2015-2016. « Antonio, c’est un attaquant moderne. Il a des qualités athlétiques importantes [1,89 m], va vite et est juste devant le but. Il n’est pas du style à tenter des dribbles extraordinaires, mais il est dans le rôle du dernier maillon de la chaîne. » Du finisseur quoi. Mance a ainsi inscrit 16 buts en 29 matches toutes compétitions confondues cette saison avec Trencin, dont un triplé en Europa League contre Feyenoord en août, « le plus beau souvenir de sa carrière ». A Domzale, il avait marqué 11 buts en championnat en 2015-2016.

Six mois pour prouver qu’il peut jouer en L1

Pierre Vuillemot, suiveur du football slovaque depuis une décennie (@footballskiFR), nuance un peu les éloges. « Il ne fait pas de différences seul. Ce n’est pas un crack, mais un bon joueur d’équipe. Au premier coup d’œil, tu ne lui vois pas de qualités fantastiques. Sa marge de progression est néanmoins importante. » Pour Benjamin Morel, son ancien partenaire, Mance a un profil « à la Santini, l’ex Caennais, en plus mobile. Il a aussi les caractéristiques de Sala, généreux dans l’effort, capable de tacler pour marquer. »

Peut-il s’imposer en Ligue 1 ? « Ça va être compliqué et ça l’est pour tout joueur qui vient d’un niveau inférieur, estime Luka Elsner. Toutefois, il a des prédispositions physiques qui peuvent lui permettre de se faire une place. Il peut encaisser les chocs, il a de l’envergure technique. Ça va quand même être un grand pas à franchir pour lui sur ces six mois de prêt. » Trop grand même peut-être ? Réponse en mai prochain.