Caen-FC Nantes: «Ne pas trouver d'excuses, sinon demain on est en L2», selon coach Vahid

FOOTBALL Alors que les Canaris seront à Caen en match en retard de la 23e journée de L1 mercredi soir, l'entraîneur nantais tire la sonnette d'alarme

David Phelippeau

— 

Vahid Halilhodzic.
Vahid Halilhodzic. — LOIC VENANCE / AFP
  • Les Canaris seront à Caen, mercredi soir, pour une rencontre très importante déjà pour le maintien.
  • Le coach Vahid Halilhodzic dresse un constat alarmant et peut-être un peu exagéré.

Lundi matin, à la Jonelière, c’était l’heure du grand déballage. Au lendemain de la claque reçue (2-4) contre Nîmes à la Beaujoire, Vahid Halilhodzic a provoqué une réunion. « Je les ai laissés parler. Je leur ai demandé une explication. Ils ont parlé d’insuffisances, qu’ils n’ont pas joué ensemble, qu’ils voulaient faire le spectacle et marquer beaucoup plus de buts. »

Le FC Nantes n’avance plus. Pire, il recule et squatte avant d’aller en Normandie la 15e place de la L1 à seulement 5 points de la place de barragiste. « Un point lors des 5 derniers matchs, insiste coach Vahid. On est 18e sur cette série. J’ai affiché le classement ce matin [lundi]. On est en Ligue 2. Il faut que chacun prenne ses responsabilités et chacun doit se réveiller. J’attends une réaction de tout le monde. »

Et il ne compte pas se cacher derrière certains faits qui ont pu perturber son groupe. « Vraisemblablement, dans leurs têtes, il se passe beaucoup de choses. Il y a eu le mercato puis le drame avec Emiliano qui a bouleversé beaucoup de choses, mais il ne faut pas non plus trouver d’excuses, sinon demain on est en Ligue 2. »

Rongier ne veut pas entendre parler de relégation

L’entraîneur tire alors la sonnette d’alarme. « Je n’ai pas un effectif qui est habitué à jouer le maintien car, oui, on joue le maintien et pas l’Europe. Est-ce que les joueurs ont conscience de ça ? Je ne suis pas sûr que tous le réalisent. La situation est beaucoup plus compliquée que certains le pensent. » Il dramatise quelque peu : « Le FCN n’est pas habitué à se battre pour le maintien. Quand il est descendu il y a quelques années, vous avez vu le temps qu’il a mis à revenir en L1. Il avait perdu en crédibilité, en image. Ça serait inacceptable de descendre… »

Le FC Nantes n’en est évidemment pas là. La présumée faiblesse des poursuivants (Caen, Guingamp, Amiens) et la valeur dont a fait preuve cette équipe en novembre et décembre laissent penser que le club est à l’abri d’une possible relégation. « Je ne veux pas penser à ça, s’est agacé, dimanche soir, le capitaine Valentin Rongier. Il y a trop de matchs pour pouvoir parler de ça. Je sais qu’on a la qualité pour être bien au-dessus de notre place actuelle. Je ne veux pas entendre parler pour l’instant de ça [descente]. »