VIDEO. Mercato OM: Florian Thauvin va-t-il partir cet été? «C'est quelqu'un d'impatient», estiment ses formateurs

INTERVIEW L’attaquant de l’Olympique de Marseille a, déjà, des envies d’ailleurs. Plutôt logique, selon Olivier Saragaglia et Pierre-Paul Antonetti, ses formateurs à Grenoble puis Bastia…

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

«J'me tire, ne me demande pas pourquoi je suis parti sans motif.»
«J'me tire, ne me demande pas pourquoi je suis parti sans motif.» — Maffia/UK Sports Pics/SIPA
  • Désormais conseillé par le puissant Jean-Pierre Bernès, Florian Thauvin pourrait quitter l'OM en pleine crise.
  • Pour Olivier Saragaglia et Pierre-Paul Antonetti, c'est tout à fait logique.

Quatre matchs à jouer, cinq points à rattraper. Pour espérer disputer une coupe d'Europe, l'OM doit cravacher et espérer des erreurs de Sainté. Dans un tel marasme, le départ de Florian Thauvin semble inéluctable. C’est en tout cas ce qui se murmure à Marseille. Le joueur aurait mandaté son agent, le puissant Jean-Pierre Bernès, pour qu’il lui trouve un club qui disputera la Ligue des champions la saison prochaine. Des clubs italiens seraient très intéressés.

« Ce ne sont que des suppositions », soupire un proche. Olivier Saragaglia, qui dirigeait FloTov à Grenoble (2008-2011) et Pierre-Paul Antonetti, un de ses formateurs à Bastia (2011-2013), analysent ce possible départ.

Ce serait plutôt logique, non ?

Olivier Saragaglia : Vu les résultats de l’OM, c’est sûr ! Il veut jouer la Ligue des champions. Avec les mauvais résultats de Marseille en ce moment, il sait que ce sera compliqué de la jouer avec eux. Il a envie de passer un palier. Les supporters de l’OM voulaient qu’il devienne un « Totti » marseillais. Sauf que Totti était dans un club qui jouait la Ligue des champions quasiment tous les ans !

Pierre-Paul Antonetti : L’évolution d’une carrière, c’est un choix très personnel. Ça peut aller vite, l’OM peut encore reprendre des points. Mais il y a apparemment un mal-être : il s’est chopé avec le coach [après OM-Monaco ou pendant Guingamp-OM], peut-être qu’il y a des promesses qui n’ont pas été tenues par la direction. D’autres recrutements au mercato cet hiver, par exemple…

Quand on voit avec qui Bernès travaille, on se dit qu’il a fait le bon choix. »

Le fait de sans cesse vouloir changer de club, cela correspond à son caractère ?

O.S. : Florian est pressé ! C’est quelqu’un d’impatient. Il faut le comprendre : une carrière de footballeur, c’est court. Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud : il est bien coté en Europe. Pour réaliser son rêve, c’est peut-être maintenant ou jamais.

P.-P. A. : Quand je l’ai fait venir à Bastia, il était tout jeune. Il évoluait avec notre réserve et voulait à tout prix débuter en pro. Frédéric Hantz n’était pas chaud. Flo a travaillé très dur. Il a eu sa chance, il l’a saisie. Ça a payé : il a joué treize matchs et nous sommes montés en Ligue 1.

Florian Thauvin a souvent fait le forcing dans sa carrière avec, notamment, sa fameuse grève à Lille… Dans vos clubs aussi, non ?

O. S. : Quand le GF 38 a été liquidé, je lui avais conseillé d’aller à Lyon. Mais il voulait un salaire important immédiatement ! Il voulait un contrat professionnel. Aujourd’hui, ça lui donne raison : il est champion du monde.

P.-P. A. : Il n’a jamais fait le forcing à Bastia, n’a pas fait de chantage ni quoi que ce soit. Le contrat professionnel, c’était notre argument principal. Et puis comme on était en Ligue 2, qu’on était ambitieux, on lui a dit qu’il aurait sa chance pour jouer.

Il a beaucoup changé d’agent : « Tonton Adil », Fabrizio Ferrari, Jean-Pierre Bernès, entre autres… Est-il mal conseillé ?

O.S. : Florian me paraît plus stable, plus serein, plus posé et moins perturbé par ce qu’il se passe autour. Et quand on voit avec qui Bernès travaille, on se dit qu’il a fait le bon choix.

P.-P. A. : J’étais un intermédiaire entre les désirs de Florian, les revendications des agents et les choix sportifs du coach. Les coachs sont focalisés sur le résultat du week-end. Nous, on est portés vers l’avenir ! Et l’avenir de Florian, aujourd’hui, c’est la Ligue des champions !