OM: Comment une mauvaise gestion des salaires a fait exploser le vestiaire marseillais

FOOTBALL L'arrivée de Strootman a mis le feu aux poudres, au sein d'un groupe qui «vivait bien» la saison dernière...

Jean Saint-Marc

— 

Les Olympiens ont dû s'expliquer avec leurs supporters après OM-ASM.
Les Olympiens ont dû s'expliquer avec leurs supporters après OM-ASM. — C. Simon / AFP
  • Les guéguerres salariales font rage au sein du vestiaire de l'OM, en crise sportive depuis la fin du mois d'octobre.
  • Le préparateur mental Denis Troch arrive au chevet du groupe, cette semaine. Il va tenter de déminer ces conflits. 

Une moustache pour sauver l’OM. Le célèbre préparateur mental Denis Troch arrive au chevet d’un Marseille en crise. Et il sait déjà quel genre de problèmes il va devoir affronter. « Quand on fait appel à moi, dans 80 % des cas, je fais de la gestion des conflits, je travaille sur la cohésion d’équipe », confie Denis Troch à 20 Minutes. A l’OM, il va rencontrer un vestiaire segmenté… Coupé en trois, selon la description de Bastien Cordoléani, un supporter très bien informé sur les coulisses de l’OM :

Il y a trois clans. Les étrangers qui ne comprennent pas dans quel club de fadas ils sont tombés. Les tauliers, Payet, Thauvin, Mandanda, Rami, qui ne sont pas performants sur le terrain et donc qui n’ont plus aucune crédibilité. Et les jeunes, Sanson, Lopez, Escales, Kamara, qui trouvent leur traitement injuste… Et leur salaire insuffisant ! »

La question des salaires est-elle celle qui a fait exploser le groupe ? C’est souvent le cas quand les résultats ne suivent pas… Dans le cas de l’OM, c’est l’arrivée de Kevin Strootman qui aurait mis le feu aux poudres, selon plusieurs proches de joueurs. « Quand on a un contrat à 4,5 millions par an, on fait un peu plus d’efforts sur le terrain », persifle-t-on dans l’entourage d’un Marseillais.

« Le salaire de Strootman, c’est un problème pour les gros cadres de l’équipe, les cadors de l’an dernier, qui voulaient garder leur statut », embraye le conseiller d’un Marseillais. « Strootman est arrivé de l’AS Roma avec un statut d’international, de grand joueur européen… Mais ses performances ne collent pas », poursuit-il. « Son salaire est cohérent par rapport à son CV, mais pas avec ses prestations », embraye Rolland Courbis. L’ancien coach de l’OM estime que « la période d’adaptation de Strootman commence à être un peu longuette ».

Le coup de gueule de Gustavo

Les plus jaloux du salaire du Néerlandais seraient Dimitri Payet et Florian Thauvin, selon les différents bruits de vestiaire. Thauvin a démenti, en conférence de presse : « Ce n’est absolument pas vrai, il n’y a pas de mécontentement sur mon salaire. Quand je suis revenu de Newcastle, j’ai divisé mon salaire par trois. » FloTov oublie toutefois de rappeler que ses émoluments ont depuis été revalorisés (et plusieurs fois).

Son démenti est par ailleurs un peu faiblard, quand on sait qu’un vestiaire de footballeur tourne, quasi systématiquement, au concours de celui qui a la fiche de paye la plus longue. Ce qui a agacé Luiz Gustavo, d’ailleurs. Il l’a fait savoir au groupe, récemment, lors d’un coup de gueule qui a longuement fait trembler les murs du vestiaire : « Il faut oublier notre égoïsme et notre situation personnelle. C’est le club qui paye notre salaire et on a besoin de respecter davantage le club. »

Déjà très segmenté, le vestiaire pourrait se fracturer un peu plus si l’OM parvenait à attirer Mario Balotelli au mercato d’hiver. Selon certaines sources, il réclame 500.000 euros mensuels, ainsi qu’une grosse prime à la signature. Le genre d’étincelle qui pourrait faire définitivement exploser la poudrière qu’est cet OM en pleine guerre des égos.