OM-Monaco: Un match nul insupportable pour Marseille, qui s'enfonce dans la crise (de nerfs)

FOOTBALL Les supporters marseillais sont excédés par les contre-performances de leur équipe. Marseille concède un triste match nul face à Monaco, relégable…

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Morgan Sanson a été très décevant face à Monaco.
Morgan Sanson a été très décevant face à Monaco. — C. Paris / SIPA
  • Deux victoires en quatorze matchs : la pitoyable série de l’OM se poursuit. Marseille a concédé un triste match nul 1-1, ce dimanche, face à Monaco.
  • Neuvième de Ligue 1, l’OM a cinq points de retard sur la troisième place, avec deux matchs en moins. Monaco est toujours avant-dernier, à quatre points du premier non-relégable.

Les « Rapetous », les gangsters de Walt Disney, rodaient dans le virage sud du Vélodrome, ce dimanche. L’OM aurait pu braquer un Monaco relégable mais se contente d’un match nul très décevant ( 1-1). La crise est toujours là et le podium s’éloigne…

> Insupportables. Les sonos avaient été renforcées. Les banderoles les plus acides étaient de sortie : on retiendra notamment le « vous avez tous de l’argent, achetez-vous des couilles » des Fanatics. Les virages chantaient « mouille le maillot ou casse-toi » et « Garcia démission » sans arrêt, ou presque… Même après le but de Lopez. L’ambiance est incandescente à Marseille. Et ce nul ne calmera pas les supporters, qui promettent une semaine chaotique aux joueurs et aux dirigeants.

> Quinze minutes et c’est tout. Face à un Monaco encore convalescent, les Marseillais ont pris le match par le bon bout. Un gros pressing, de vraies intentions offensives… Qui ont permis à Lopez d’ouvrir le score dès la 13e minute, d’une frappe sèche, dont le rebond a surpris Benaglio. Un but comme une rareté statistique, cette année : en dix-huit matchs de Ligue 1, c’est la première fois que l’OM marque avant le quart d’heure de jeu.

Mais les Marseillais ont été incapables de concrétiser cette bonne entame et se sont progressivement effacés. Tielemans en a profité pour égaliser à la 37e, d’une frappe puissante, après qu’Henrichs lui a intelligemment laissé le ballon. Débordés, les Marseillais ont failli encaisser le but du break à la 50e. Mais Golovin a manqué le cadre.

> Etat d’urgence à l’OM. Rudi Garcia pestera, une fois encore, contre l’arbitrage : après avoir consulté le VAR, Mikael Lesage a annulé un but chanceux de Thauvin, pour une faute d’Ocampos sur Benaglio. C’est discutable, mais Rudi Garcia ne peut se cacher derrière cette excuse pour tout justifier. Il n’a plus d’idées pour l’OM. Il n’a aucune solution pour sortir du marasme. Et pourtant, il y a urgence…