Mercato OM: Le nul face à Monaco, énième preuve que Marseille doit recruter de toute urgence

FOOTBALL L'OM a joué sans avant-centre face à Monaco. Et forcément, ça se voit...

Jean Saint-Marc

— 

Jacques-Henri Eyraud au Vélodrome.
Jacques-Henri Eyraud au Vélodrome. — C. Paris / AP / SIPA
  • Le mercato de l'OM est beaucoup trop calme, pour l'instant.
  • Marseille n'a que trois semaines pour trouver un attaquant et un latéral gauche (et, si possible, pour se débarasser de quelques joueurs sur payés et sous utilisés, comme Abdennour, Mitroglou ou Sertic...)

Le rituel est sympathique, quoique un peu guindé. Chaque année, le président de l’OM paye une galette des rois aux journalistes. Avec, à la clé, un discours bateau et deux trois blagues gênantes. « La fève, c’est Balotelli ? » On l’a entendue quinze fois, celle-là. Elle fait rire jaune le pauvre Jacques-Henri Eyraud. Car ce dossier n’avance pas. Et les autres ? C’est le calme plat à la Commanderie, alors qu’il y a urgence : le match nul tristounet concédé par l'OM face à Monaco (1-1), ce dimanche, rappelle que Marseille doit à tout prix se renforcer pour espérer se qualifier pour la Ligue des champions en fin de saison.

La priorité numéro 1, c’est l’attaque. En ce moment, l’OM joue sans avant-centre, avec Dimitri Payet et/ou Lucas Ocampos en « faux numéro 9 »… Avec les résultats que l’on connaît. Lors des huit dernières journées, les attaquants de l’OM n’ont marqué que dix buts… Et comme leurs défenseurs en ont encaissé onze, Marseille s’enfonce dans la crise.

Plus d'insultes que de ballons pour Germain

Kostas Mitroglou et Valère Germain sont en pleine crise de confiance : ils ont marqué chacun trois pauvres petits buts cette saison. Et Rudi Garcia ne fait plus appel à eux qu’en tout dernier ressort… Ce dimanche, Valère Germain est entré à la 92e minute. Il a reçu plus d’insultes et de sifflets qu’il n’a touché de ballons.

Sans autre vraie solution offensive dans son effectif (Clinton Njie est trop maladroit et trop irrégulier, Nemanja Radonjic trop brouillon et les attaquants de la réserve sont eux aussi en panne sèche), Jacques-Henri Eyraud doit trouver la perle rare au mercato d’hiver. Enfin, la perle rare… Un attaquant moyen, qui « fera le taf », cela suffira bien... Si Dimitri Payet et Florian Thauvin retrouvent leurs vrais niveaux.

Il faut aussi un latéral

Il faut donc d’urgence trouver un attaquant… Mais il faut aussi recruter un latéral gauche : le pauvre Jordan Amavi est en chute libre depuis des mois. Il n’a jamais retrouvé le niveau affiché lors de ses quatre ou cinq premiers mois au Vélodrome. Ce dimanche encore, face à Monaco, il a sans cesse pris l’eau sur son côté gauche et n’a strictement rien apporté offensivement, si ce n’est des ballons bazardés dans le ciel sur des centres ratés ou des frappes dévissées.

A ce poste aussi, Rudi Garcia n’a aucune autre solution : le jeune Christopher Rocchia est trop tendre pour la Ligue 1… Et, en plus, il pourrait partir en prêt cet hiver. Andoni Zubizaretta, Rudi Garcia et Jacques-Henri Eyraud vont devoir s’activer pour trouver un nouveau latéral. Un poste réputé en tension, sur le marché européen en tout cas. Le marché ferme le 31 janvier. Cela laisse peu de temps à l’OM pour se retourner…