OM: Thauvin et Garcia prônent l'union sacrée après cette semaine pas comme les autres

FOOTBALL Le coach olympien et son joueur ont eu un discours résolument optimiste en conférence de presse ce vendredi...

N.C.

— 

Rudi Garcia lors de Lazio-OM au Stade Olympique de Rome, le 8 novembre 2018.
Rudi Garcia lors de Lazio-OM au Stade Olympique de Rome, le 8 novembre 2018. — ARCHIVES, europa league, football, olimpico stadium, soccer

Promis, les Marseillais se sont parlé. Et pour de vrai, cette fois, alors qu’ils ont réussi en ce début d’année à creuser encore plus profond. « Dans les autres discussions, on avait tourné autour du pot. Là, autant les plus jeunes que les plus anciens, tout le monde a été capable d’entendre ce qu’on lui a reproché, a assuré Florian Thauvin, préposé à la conf de presse du jour à la Commanderie. Cette semaine, il y a eu des échanges qui n’avaient jamais eu lieu et qui ont fait du bien à tout le monde. »

Ces échanges, ce sont notamment ceux de mardi après-midi, quand tout le monde a été appelé à vider son sac devant les autres. « J’ai pris des mesures drastiques. Il fallait faire des choses, faire changer les joueurs, a expliqué Rudi Garcia peu après. Le vestiaire, c’est une famille, et il faut savoir se dire les choses. »

Les tags « Garcia dégage » ne l’ont pas plus ébranlé que ça

Il est sorti de tout ça quelques ajustements sur le plan organisationnel et des règles de vie, selon le coach olympien. Ce dernier espère que les résultats se verront dès dimanche soir contre Monaco. Il vaudrait mieux pour lui, car une nouvelle contre-performance l’affaiblirait toujours plus. Même si les tags « Garcia dégage » ne l’ont pas plus ébranlé que ça, à l’écouter. « Je ne veux pas être pollué par tout ce qui se dit. C’est primordial pour être efficace », a-t-il balayé.

En tout cas, il s’est montré volontairement combatif. « Je crois en ce groupe-là et je pense être l’homme de la situation pour gagner dimanche et amener l’OM en fin de saison là où on veut être », a asséné l’ancien technicien de la Roma et du Losc. « On a tous notre part de responsabilité. Nous, les joueurs, on est sur le terrain. On doit assumer, tout le groupe est derrière le coach », a ajouté Thauvin. L’union sacrée derrière le micro est belle. Et sur le terrain ? On va vite savoir.