FC Nantes: Calendrier, mercato, Sala... Janvier, mois de tous les dangers pour le FCN?

FOOTBALL Les quatre semaines qui arrivent vont être charnière pour des Canaris, toujours qualifiés en Coupe de France et 14es de Ligue 1...

David Phelippeau

— 

Emiliano Sala face à Thiago Silva.
Emiliano Sala face à Thiago Silva. — John Spencer/SIPA
  • Le FC Nantes a un mois de janvier très chargé avec pas moins de 6 matchs en moins de 20 jours.
  • Les Canaris devraient en savoir davantage sur leur ambition en Ligue 1 dans les trois semaines.
  • Le mercato devrait aussi animer le mois de janvier à la Jonelière.

On va savoir. Avec la réception de Montpellier, mardi, à la Beaujoire (19 h), les Canaris commencent une série de matchs extrêmement dense. Dans le même temps, le mercato se poursuit jusqu’à fin janvier. Au FCN, des départs de joueurs sont évidemment attendus. Et peut-être au moins un élément majeur.

Un rythme de trois matchs par semaine en janvier

Actuellement 14e avec deux matchs en retard, le FC Nantes s’apprête à commencer son marathon avec la réception de Montpellier, mardi. Cinq matchs de championnat (dont deux en retard contre Montpellier et à Nîmes) et un 16e de finale de la Coupe de France. C’est simple jusqu’au 26 janvier (Nantes-Saint-Etienne), les Canaris jouent tous les week-ends et tous les mardis ou mercredis. « C’est trop, estime le défenseur brésilien  Diego Carlos. Ça va être compliqué, mais le coach va bien gérer ça. » D’ailleurs, Vahid Halilhodzic avoue que ce mois « va donner beaucoup de réponses ». « On va voir si l’équipe peut faire plus ou rester dans la morosité en restant très bas », conclut-il.

Vahid Halilhodzic veut dégraisser, la direction vendre un « gros » joueur

Pour l’instant, un seul « banni » a fait ses valises. Alexander Kacaniklic a rompu son contrat avec le FCN. L’entraîneur nantais aimerait en voir d’autres partir. « Je demande qu’on libère ceux qui ne jouent pas, c’est un gros problème qui me gêne profondément, a-t-il fait remarquer, ce dimanche, en conférence de presse. Ils ne servent à rien. C’est mieux que ces joueurs partent. Le club gagnera en unité. »

Une liste de joueurs priés de partir définitivement ou en prêt a été établie. Kayembe, Ngom, Sigthorsson, Menig, Miazga en font partie. Le coach aimerait se délester de certains gros contrats (Sigthorsson en premier lieu !), qui grèvent considérablement la masse salariale du club, plutôt que perdre un joueur cadre comme Diego Carlos, Lucas Lima ou Sala. La direction, qui a un besoin impérieux d’une grosse rentrée d’argent, a plutôt choisi la seconde option.

Le mercato d’hiver va ainsi mettre à l’épreuve la collaboration - pour l’heure, bonne - entre le président Waldemar Kita et Vahid Halilhodzic. « Si je ne suis pas content, je sais très bien ce que je ferai. Je comprends que le club connaisse des problèmes de trésorerie. Mais qui va assumer en cas de descente en Ligue 2 ? » En milieu de semaine dernière, le Franco-Bosnien a fait passer un message en conférence de presse. Un avertissement même.

Et si Emiliano Sala restait finalement ?

La direction du FCN a fait jouer son réseau pour dégoter il y a une grosse quinzaine de jours une offre entre 20 et 24 millions d’euros de Cardiff City pour Emiliano Sala. Une proposition refusée catégoriquement par le meilleur buteur nantais (12 buts). L’Italo-Argentin n’a guère goûté l’attitude de sa direction, qui a tout mis en œuvre pour le transférer dans un club en immenses difficultés en Premier League (17e). De très froides, ses relations avec la famille Kita sont devenues glaciales depuis cet épisode de Cardiff.

Pour autant, sauf en cas d’offre convenant aux deux parties, l’avant-centre pourrait bien rester six mois de plus à Nantes. Un statut quo qui ravirait Vahid Halilhodzic, avec qui Sala entretient d’excellents rapports. L’été prochain, le joueur aurait alors encore plus de latitude et de temps pour choisir sa destination future. A un an de la fin de son contrat (et six mois de pouvoir signer libre ailleurs), il serait encore davantage en position de force vis-à-vis de sa direction.