FC Nantes: Que doit-on retenir de la qualification du FCN contre Rennes en Gambardella?

FOOTBALL Les Nantais se sont qualifiés aux tirs au but (0-0, 9-8 aux t.a.b.) contre leurs voisins rennais en 64e de finale de la Gambardella...

David Phelippeau
— 
La joie des Nantais et du héros du jour, Anthony Robin, le gardien de but des Canaris.
La joie des Nantais et du héros du jour, Anthony Robin, le gardien de but des Canaris. — D.P. / 20 minutes
  • Le FC Nantes (U19) s’est qualifié pour les 32es de finale de la Coupe Gambardella en éliminant le Stade Rennais, présumé plus fort.
  • Tout s’est décanté lors d’une séance de tirs au but haletante.

Un bon présage avant le duel des grands, mercredi [Rennes-Nantes en 8e de finale de la Coupe de la Ligue] ? Ce dimanche, au stade Marcel-Saupin, en 64e de finale de la Coupe Gambardella, les U19 du FCN ont fait chuter le Stade Rennais aux tirs au but (0-0, 9-8 aux t.a.b.). Une perf' surtout quand on se souvient que les Rennais étaient venus concasser (1-5) les Canaris il y a un mois sur cette même pelouse. Retour sur les temps forts d’un match d’un bon niveau ponctué d’une série de tirs au but haletante.

Les occasions franches pour Rennes, la qualification pour Nantes

« La fierté est d’avoir éliminé une équipe ayant beaucoup d’arguments, un groupe exceptionnel [Rennes est leader de National], se réjouit le coach Stéphane Ziani. On est allés chercher très loin pour rivaliser avec cette équipe sur un match. Tout le monde a haussé ou a été à son niveau. » Les Canaris ont concédé plusieurs occasions franches et se sont rarement montrés dangereux. A la 18e, Lucas Da Cunha touche la barre. Dix minutes plus tard, Anthony Robin intervient à bon escient sur un centre d’Arnaud Tattevin. Nantes souffre sérieusement dans les 20 premières minutes avant de bien rééquilibrer les débats. A trois minutes de la fin, Saupin retient son souffle quand sur un festival de Yann Gboho (oui, celui du fichage ethnique du PSG !), Lucas Da Cunha, idéalement placé au second poteau, manque le ballon…

Anthony Robin zéro d’un jour, héros d’un autre

« On avait préparé les penaltys, mais pas avec Anthony dans ce rôle… », avoue, en rigolant, le capitaine nantais Mathis Thévenin. Anthony, c’est Anthony Robin, le gardien de but du FCN. Irréprochable pendant la rencontre, le jeune portier a réalisé plusieurs parades pendant une série de tirs au but interminable (9-8). Plus fort encore, tous les joueurs de champ ayant frappé sans que les deux formations ne se soient départagées - « après c’était nous puis les dirigeants qui allaient frapper… », rigole le coach Ziani - c’est Robin lui-même qui a marqué le penalty de la qualification. Avec beaucoup de lucidité. Coupable d’une grossière erreur la semaine dernière lors de la défaite à Trélissac (3-4), le gardien de but nantais s’est racheté de la plus belle des manières ce dimanche. Stéphane Ziani : « C’est une belle leçon. Anthony a su gérer l’événement malgré sa boulette de la semaine dernière. »

Et cette équipe nantaise a-t-elle du potentiel ?

Le FC Nantes recèle peut-être moins d’individualités que le Stade Rennais (Gboho, Camavinga etc.), mais plusieurs joueurs ont montré un joli potentiel. La charnière centrale très complémentaire Victor Daguin-Abdoulaye Sylla en premier lieu. Au milieu, difficile de passer sous silence la rencontre du capitaine Mathis Thevenin, très actif à la récupération et très juste à la relance. A ses côtés, le néo-pro Batista Mendy a rayonné avec sa grosse densité physique. Devant (souvent seul), Loïck Piquionne (cousin de Frédéric Piquionne) a beaucoup pesé. Enfin, l’autre néo-pro Abdoulaye Dabo (numéro 10), pas toujours à l’aise dos au jeu, n’a jamais rechigné à défendre. A l’image de tous ses partenaires.