FC Nantes: La volte-face étonnante du jeune Canari Batista Mendy

FOOTBALL Batista Mendy s'était pourtant engagé avec Brighton au début du mois de mars avant de changer d'avis et de signer ce lundi 3 ans avec son club formateur, le FCN...

David Phelippeau

— 

Le jeune Batista Mendy.
Le jeune Batista Mendy. — D.P. / 20 minutes
  • Batista Mendy, jeune espoir de 18 ans, devait quitter le FCN et rejoindre Brighton il y a quelques mois.
  • Finalement, le natif de Saint-Nazaire s'est engagé pour trois ans dans son club formateur ce lundi.

La fin d’un long feuilleton aux multiples rebondissements. C’est maintenant officiel, Batista Mendy, jeune milieu de terrain de 18 ans très prometteur, va poursuivre sa carrière sous le maillot nantais. Il a signé un premier contrat professionnel (de 3 ans) avec son club formateur ce lundi.

Il y a quatre mois, le natif de Saint-Nazaire, en fin de contrat à Nantes, était très loin de poursuivre avec le FCN. Et pour cause : début mars, lors d’un week-end, il avait même rallié Brighton avec un de ses frères et sa mère pour parapher un contrat de 3 ans avec le club de Premier League.

Il a pourtant signé à Brighton début mars

Quelques jours après la signature outre-Manche, volte-face inattendue du joueur. Batista Mendy fait part à son entourage puis au FC Nantes du fait qu’il ne veut plus rejoindre à partir de la saison prochaine Brigthon. L’agent du joueur est remercié par le clan Mendy et le club anglais est tenu informé du changement de décision du jeune joueur.

« C’est un gamin, expliquait à 20 Minutes, début avril, Samuel Fenillat, directeur de centre de formation du FCN. Il a compris que ce n’était qu’une affaire financière et que le projet sportif était très incertain pour lui. Il a compris son erreur. S’il n’y avait eu que lui, il ne serait pas allé signer là-bas. » Une autre source indique toutefois que le jeune Batista souhaitait à tout prix s’engager avec Brigthon, mais « un désaccord familial » serait à l’origine de sa rétractation.

Un contrat de cinq ans avec Nantes

Pour régler cet imbroglio, le FCN est entré en contact avec Brighton pour « annuler » la signature du jeune Mendy. Le club anglais, qui s’était manifestement mis à la faute en entrant en contact voire en faisant signer le joueur sans en avoir préalablement averti le club formateur (Nantes), a accepté de libérer le joueur si et seulement si ce dernier signait bien un contrat professionnel avec le FCN.

L’officialisation de la signature du joueur a traîné pendant de longues semaines car le service juridique du club nantais était dans l’attente d’un document qui prouvait que Brighton avait bien libéré le joueur. C’est désormais chose faite.

De plus en plus dur pour les clubs français

Un feuilleton qui se termine bien pour Samuel Fenillat, mais qui illustre à merveille « la bataille » - selon ses propres termes - que les responsables de centre français livrent au quotidien.

Voilà ce qu’expliquait en avril le directeur du centre de formation du FCN à 20 Minutes : « On s’éloigne de plus en plus de l’essence même du foot et de l’intérêt des jeunes joueurs. On a le sentiment d’y passer nos journées. Les jeunes préfèrent écouter d’autres gens que nous. Les agents ont souvent des discours flatteurs, mais ça ne fait souvent pas avancer les joueurs. Depuis 2 ou 3 ans, c’est pire que tout. » Le patron de la formation réclame ainsi aux instances internationales « une plus grande protection du foot français ».

>> A lire aussi : FC Nantes: Ballons, petits jeux, oppositions pour la reprise... Miguel Cardoso a déjà posé sa patte

>> A lire aussi : FC Nantes: Batista Mendy refuse de signer pro et pourrait s'engager avec Brighton