Nouveau stade du FC Nantes: Les enjeux d'un vote très attendu vendredi

URBANISME Les élus de Nantes métropole se prononceront vendredi sur la cession d'un terrain pour le stade du FCN et la sauvergade du stade de la Beaujoire...

Frédéric Brenon

— 

Image de synthèse du projet de stade du FC Nantes, ici avec le toit ouvert.
Image de synthèse du projet de stade du FC Nantes, ici avec le toit ouvert. — HKS/ATSP
  • Les élus de Nantes métropole devront valider ou non le principe de la vente d'une parcelle de 9 ha au FC Nantes pour y construire un nouveau stade privé.
  • Contrairement à ce qui était envisagé au départ, le stade de la Beaujoire serait conservé. Il y aurait donc deux grands stades l'un à côté de l'autre.

Le vote est très attendu, tant la contestation est grande. Vendredi, les 97 élus de Nantes métropole auront à se prononcer sur la cession d’une parcelle de 9 ha (située à l’emplacement du parking principal du stade de la Beaujoire) au propriétaire du FC Nantes, lequel souhaite y bâtir une enceinte privée de 40.000 places pour son club. Les élus auront aussi à dire s’ils acceptent de conserver le stade de la Beaujoire, comme le suggère la présidente Johanna Rolland. Décryptage.

Un nouveau stade pour quoi faire ? Selon le FCN et la métropole, l’actuel stade Louis-Fonteneau, inauguré en 1984, « ne répond plus aux enjeux du football professionnel moderne ni à l’accueil de grands événements ». On lui reproche notamment son manque de places VIP, des WC insuffisants, un toit trop petit pour protéger les spectateurs de la pluie, une accessibilité déplorable aux personnes handicapées… « Si rien n’est fait et que dans 10 ans il n’y a pas de stade à la hauteur de la ville, alors on nous dira qu’on n’a pas anticipé », insiste Johanna Rolland « C’est une occasion unique de donner un nouvel élan au club, à son attractivité et à sa dimension sportive », estime Waldemar Kita, le président du FCN. Ce dernier a déjà dévoilé les intentions architecturales.

Que deviendrait la Beaujoire ? Elle ne serait pas rasée aux frais des propriétaires du nouveau stade, contrairement à ce qui était envisagé au départ. Elle resterait propriété de la métropole et garderait une vocation sportive. Les usages restent toutefois « à définir » dans la mesure où aucun club, autre que le FCN, ne serait en capacité de la remplir à moyen terme. Candidat potentiel, le Stade Nantais évolue actuellement en troisième division de rugby devant moins de 2.000 spectateurs en moyenne. Il vise l’accès à l’échelon professionnel à moyen terme.

Qui paierait quoi ? La construction du nouveau stade du FCN est estimée à 200 millions d’euros. Elle serait financée exclusivement par des fonds privés, principalement ceux de Waldemar Kita et du club. Le montage reste toutefois à préciser. Le terrain à bâtir, lui, serait vendu par la métropole à un prix « qui sera déterminé prochainement par les services de l’Etat compétents » ( les Domaines). Les élus devront donc se prononcer vendredi sans connaître le montant de la vente. Quant au stade de la Beaujoire, son entretien resterait à la charge de la métropole.

Et les logements dans tout ça ? Il n’y en aura pas ! Au départ, un programme immobilier, porté par la société Réalités, devait financer une partie du projet de nouveau stade. Pas moins de 1.500 logements et des activités tertiaires étaient prévus. Mais, face à l’opposition des riverains, Nantes métropole a finalement renoncé début novembre.

La Beaujoire.
La Beaujoire. - D.P. / 20 minutes

Pourquoi ne pas rénover la Beaujoire pour le FCN ? La présidente de Nantes métropole a répété à maintes reprises qu’elle ne veut pas dépenser d’argent public pour le foot business. Elle considère en effet « qu’il n’appartient plus aux collectivités territoriales de financer les très lourds investissements nécessaires au développement de clubs de football professionnels dont le modèle économique doit les amener à gérer eux-mêmes leur outil stade ». Or aucun financeur privé ne s’est déclaré intéressé par un projet de rénovation de la Beaujoire, surtout pas Waldemar Kita. Rénover la Beaujoire coûterait entre 5 millions et 150 millions d’euros, selon les différentes estimations.

Que disent les opposants ? Quatre associations de supporters du FCN dénoncent un  « passage en force » de Nantes métropole. Opposées à la construction d’un nouveau stade pour le FC Nantes, a fortiori s’il est financé par Waldemar Kita, elles militent pour une rénovation du stade de la Beaujoire. L’association A La Nantaise a même formulé un projet de rénovation qui serait financé principalement par l’augmentation du loyer réclamé au FCN. Trois associations de riverains sont également opposées à l’idée d’avoir deux grands stades l’un à côté de l’autre. Toutes déplorent que ce projet n’ait jamais été présenté lors des derniers mois de concertation. Et toutes craignent que le stade de la Beaujoire finisse par être détruit, faute d’utilité. Ce serait alors à la métropole de financer les coûteux travaux de démolition et de dépollution.

Que va-t-il se passer vendredi ? La grande majorité des élus PS soutiendront vendredi le projet. Les communistes ont fait savoir qu’ils feraient de même. Les avis des élus LREM diffèrent. Plusieurs devraient s’abstenir. Les Républicains, eux, hésitent encore entre s’abstenir et voter contre la cession du terrain. Ils soutenaient initialement le projet de stade pour le FCN mais l'abandon du volet urbain et la sauvegarde de la Beaujoire début novembre ont changé la donne.