«Gilets jaunes»: «Ce n'est pas le premier jeu de mots avec mon nom...», rit Nicolas Gillet (ex-jaune)

HOMONYME Bien avant le 17 novembre, il y a eu des Gillet (en) jaune au FC Nantes…

David Phelippeau

— 

Guillaume et Nicolas Gillet en jaune.
Guillaume et Nicolas Gillet en jaune. — JEFFROY GUY/SIPA/CLAUDE PARIS/AP/SIPA
  • Deux ex-Nantais ont porté le patronyme Gillet. Que ce soit Nicolas ou Guillaume, ils prennent avec humour les tweets et jeux de mots faits actuellement avec leur nom et le mouvement des «gilets jaunes».
  • Le milieu Sanson, Gillet aidé du défenseur Sakaï fait beaucoup rire sur les réseaux sociaux. Vous l'avez? 

Il n’est plus à un jeu de mots près sur son nom. Ces derniers jours, ce ne sont même pas les températures en chute libre qui lui ont valu quelques boutades, mais plutôt les blocages des… «gilets jaunes». Vendredi soir, Nicolas Gillet, défenseur du FC Nantes (1989-2004), s’est bien marré lorsque certains de ses amis lui ont montré certains tweets dont il était l’acteur principal.

« Franchement, ça me fait rire, reconnaît celui qui s’occupe depuis le début de la saison d’une équipe de jeunes du club de Carquefou et qui depuis une quinzaine de jours travaille en cuisine dans un restaurant à Sautron. Ce n’est pas le premier jeu de mots avec mon nom… » Lorsqu’il a évolué à Nantes, Lens (2004-2007), Le Havre (2007-2010) et Angers (2010-2012), les journalistes ont manifestement rivalisé d’humour. « Il y en a eu à maintes reprises comme Gillet pare-balles ou encore Gillet de sauvetage. »

Il y a un autre Gillet jaune à Lens

Samedi, le FC Nantes a fait allusion au blocage du 17 novembre en tweetant sur un autre Gillet qui fut jaune de janvier 2016 à juin 2017 et qui évolue toujours en jaune (et rouge) depuis cet été. Il s’agit du Belge  Guillaume Gillet, désormais milieu de terrain du RC Lens.

« On m’a charrié pas mal en associant mon nom au joueur de Marseille Sanson, ça donnait : “Le 17 novembre, on ne sort pas Sanson Gillet… jaune !”, raconte le néo-Lensois, qui souffre depuis plusieurs semaines d’une déchirure au mollet. Bon, ce petit jeu de mots, je l’avais déjà entendu et on poussait même la blague avec le défenseur de Marseille Sakaï : ce qui faisait Sanson-Gillet-Sakaï ! »

Sinon, le milieu de terrain n’a pas trop souffert des blocages le week-end dernier, et pour cause : il était en Belgique…