Girondins de Bordeaux: OL, nouveau statut, Coupe du monde... Claire Lavogez, un talent brut à la relance

FOOTBALL La meneuse de jeu des Girondins a retrouvé le plaisir de jouer au moment de se déplacer chez son ancien club…

Clément Carpentier

— 

Claire Lavogez retrouve le plaisir du jeu avec les Girondins de Bordeaux.
Claire Lavogez retrouve le plaisir du jeu avec les Girondins de Bordeaux. — Q.Salinier / FCGB
  • Claire Lavogez a débarqué aux Girondins de Bordeaux cet été avec l’idée de relancer sa carrière.
  • Dimanche, elle retrouve son ancien club, Lyon, où elle a vécu une expérience mitigée.
  • Au-delà des Marine et Blanc, elle rêve de disputer la Coupe du monde en France en 2019.

C’est une anecdote dont nous fait part Jérôme Dauba, l’entraîneur bordelais, au moment de se pencher sur le cas de sa nouvelle meneuse de jeu : « Je me souviens que lors notre première saison en D1 [2016-2017], Lyon nous avait battus 1 à 0 grâce à un coup franc de Claire [Lavogez]. A la fin du match, elle était venue me voir pour me dire à quel point elle aimait notre façon de jouer. » Ce n’est donc pas un hasard si la Nordiste a rejoint les Girondins de Bordeaux cet été pour « changer d’air » comme elle l’explique à 20 Minutes avant de retrouver l’OL, dimanche (15h).

Après un début de carrière en fanfare et une ascension fulgurante jusqu’à l’équipe de France à seulement 20 ans en 2015, celle qui a déjà disputé une Coupe du monde est venu relancer sa carrière en Gironde. Souvent présentée comme la nouvelle pépite du football féminin français, elle a dû en effet digérer tout ça ces dernières années : « Ce n’était pas facile à gérer. Moi, je pense que lorsqu’on a une jeune joueuse entre les mains, il ne faut pas trop en parler, la protéger car ça peut vite devenir compliqué. Il peut y avoir un contrecoup. »

Une situation devenue très compliquée à l’OL

Son passage à l'Olympique Lyonnais, le meilleur club français et européen, en est l’exemple : « Oui, j’ai gagné pas mal de titres. Oui, j’ai appris pleins de choses mais je n’ai pas fait de saisons pleines et je n’ai pas été une titulaire indiscutable. Je ne jouais pas assez. »

Claire Lavogez compte 35 sélections avec l'équipe de France à 24 ans.
Claire Lavogez compte 35 sélections avec l'équipe de France à 24 ans. - SYLVAIN THOMAS / AFP

Entre les blessures et un entraîneur qui ne comptait plus vraiment sur elle, il « fallait trouver un autre club où elle pourrait s’épanouir. » Alors après un prêt de six mois la saison dernière à Fleury, elle a décidé de poser ses valises au Haillan malgré des offres à l’étranger. Mais en ne signant que pour un an : « C’est dans l’optique de voir comment ça se passe », rappelle celle qui « rêve de disputer la Coupe du monde en France en 2019 ».

De fortes responsabilités à Bordeaux

Le recrutement d’une joueuse de ce niveau montre en tout cas à quel point les Girondins veulent développer leur section féminine même si c’est extrêmement dur de lutter financièrement avec l’OL ou le PSG. Jérôme Dauba, lui, espère surtout que Claire Lavogez « va faire passer un nouveau cap au club. » Pour l’entraîneur bordelais, elle doit être le facteur X : « C’est la joueuse qui doit nous faire gagner les matchs. C’est un nouveau rôle pour elle mais je pense qu’elle aime ça. La pression ? Elle l’a depuis toujours et je pense que ça la booste. »

La preuve, elle participe grandement au très bon début de championnat des Girondines(troisième de la D1 Féminine) avec un but et deux passes décisives. Alors pour rester invaincues cette saison, les Bordelaises compteront une nouvelle fois sur tout le talent de Claire Lavogez pour réaliser un immense exploit face à l’OL, dimanche.