Football féminin: Les filles des Girondins de Bordeaux veulent «aller chercher le top 4»

FOOTBALL Pour leur troisième saison en D1, les Bordelaises se veulent pleines d’ambitions…

Clément Carpentier

— 

Claire Lavogez, internationale française, est la recrue phare des Girondins de Bordeaux.
Claire Lavogez, internationale française, est la recrue phare des Girondins de Bordeaux. — Q.Salinier / FCGB
  • Les Girondines attaquent leur saison à Montpellier ce samedi (14h30).
  • Grâce notamment à l’arrivée de deux internationales françaises (Asseyi et Lavogez), elles espèrent encore franchir un palier par rapport à la saison dernière (7e de D1).
  • A long terme, l’objectif est de pouvoir jouer la Coupe d’Europe.

Enfin, un peu de calme aux Girondins de Bordeaux. Oui, oui, c’est possible ! Pour ça, il suffit de pousser la porte de la  section féminine du club. Ici, pas de changement d’entraîneur tous les six mois, pas de Gustavo Poyet qui pète un plomb du jour au lendemain, pas de prise de tête autour du mercato… Ici, on travaille dans la sérénité !

Un homme symbolise cela, Jérôme Dauba, l’entraîneur. « Nous, on essaie de rester dans notre ligne de conduite et de travail. Le projet prend de plus en plus d’ampleur. On y va étape par étape. » Des propos qui se traduisent par la mise à disposition de nouveaux locaux cette saison ou encore d’un staff médical pour l’équipe première depuis la remontée en Division 1 en 2016. Et puis comme le dit le patron des filles, « stagner, c’est régresser ! »

Le club poursuit également sa progression sur le terrain (10e en 2016-2017 et 7e en 2017-2018) avec un recrutement de plus en plus ambitieux. Il y a un an pour la première fois de son histoire, les Girondins de Bordeaux recrutaient des joueuses étrangères (deux Brésiliennes et une Néo-Zélandaise), cette saison, ce sont deux internationales françaises qui débarquent au Haillan avec Viviane Asseyi et surtout Claire Lavogez. « Il fallait à tout prix que je retrouve du temps de jeu. A mon âge, c’est primordial. D’une certaine manière, l’idée est que je relance un peu ma carrière et ici, je pense que c’est le bon endroit. »

Le top 4 en ligne de mire

A 24 ans, celle qui a déjà joué une Coupe du monde avec la France en 2015 et remporté la Ligue des champions avec l’OL aura la lourde responsabilité de faire passer un nouveau cap au club. Alors les Bordelaises peuvent-elles titiller Lyon, le PSG ou Montpellier dès cette saison ? « Tous les jours, on travaille pour aller chercher ce top 4 », confirme un Jérôme Dauba ambitieux. Pas question non plus de se cacher pour Claire Lavogez qui voit son équipe « pas très loin de Montpellier et aussi d’un PSG qui ne lui fait pas peur. Après, Lyon c’est vraiment une autre dimension. »

Pour se rapprocher de ce top 4, les Girondines vont devoir faire basculer les petits détails de leur côté. La saison dernière après un début de saison tambour battant (trois victoires en quatre matchs), elles avaient connu une seule et unique victoire sur les 15 derniers matchs de D1 pour finalement terminer dans le ventre mou du championnat. Aujourd’hui après des matchs amicaux convaincants, « tous les voyants sont au vert », dixit Jérôme Dauba. Pourvu qu’ils le restent après le premier test à Montpellier ce samedi à 14h30.

>> A lire aussi : «Un potentiel énorme mais...», le parcours tumultueux de la Bordelaise Nadjma Ali Nadjim

>> A lire aussi : Les Girondines perdent des points mais gagnent en médiatisation et en popularité