FC Nantes: «Le respect a beaucoup manqué», répond Miguel Cardoso, sur le point d'être licencié

FOOTBALL Sur le point d'être démis de ses fonctions, l'entraîneur des Canaris a pourtant affirmé ce vendredi qu'il était toujours impliqué. Et toujours sous contrat...

Frédéric Brenon

— 

Miguel Cardoso, entraîneur du FC Nantes.
Miguel Cardoso, entraîneur du FC Nantes. — L.Venance/AFP
  • Miguel Cardoso était présent à la conférence de presse précédant le match Lyon-FCN.
  • L'entraîneur devrait pourtant être démis de ses fonctions dans quelques jours.
  • Optimiste pour l'équipe, il n'a pas souhaité commenter son avenir.

Sauf improbable retournement de situation, Miguel Cardoso ne sera plus l'entraîneur du FC Nantes à l’issue du prochain match (samedi à Lyon). La direction du club a pris sa décision et s’est même rapprochée de Vahid Halilhodzic pour lui succéder sur le banc. Le coach portugais n’ignore rien de sa précarité. Les médias en ont largement parlé. Mais en conférence de presse, ce vendredi midi, il n’a rien confirmé.

Au contraire, Miguel Cardoso a expliqué avoir rencontré le président du FCN, Waldemar Kita, sans aborder le sujet. « Jeudi, j’ai parlé avec mon président. On a parlé du match de demain à Lyon. On a parlé du match suivant de Bordeaux. […] J’ai un contrat de deux ans. Je suis l’entraîneur du FC Nantes », a-t-il rappelé.

Le Portugais, arrivé cet été sur les bords de l’Erdre, s’est également montré optimisme pour la remontée des Canaris, actuellement 19e au classement. « Je sens que l’équipe est forte. On a bien travaillé. Mes joueurs sont concernés. On a parlé beaucoup. Je leur ai dit qu’il y avait d’autres équipes qui ont été dans la merde et qui ont su réussir. Je leur ai donné des exemples (Monaco, Leganès, Shaktar Donetsk, Lyon, Guimaraes). On va le faire, on va le faire ensemble. »

Agacé, il quitte la conférence de presse

Tendu mais cordial, Miguel Cardoso a demandé du « respect », probablement à l’intention des médias. « Ça a beaucoup manqué. Pour mes joueurs, pour moi-même, pour le club, un très gros club qui a une histoire. » Il a prévenu à plusieurs reprises qu’il n’acceptait de répondre qu’aux questions portant sur le match, qu’il ne souhaitait « pas avoir de polémique ». « Je ne crache pas dans le plat où je mange », justifie-t-il.

Face à la relance d’un journaliste souhaitant savoir à qui il demandait précisément du respect, Miguel Cardoso a finalement mis un terme prématuré à la conférence de presse, moins de 10 minutes après son commencement. « OK, merci beaucoup », conclut-il en quittant la salle.