Ligue 1: «On a oublié les valeurs du Losc», se lamente Florent Balmont, ex-joueur emblématique de Lille

FOOTBALL Le milieu de terrain de Dijon, qui a passé huit ans dans le club nordiste, s’exprime sur la situation actuelle du Losc…

Francois Launay

— 

NANTES, le 25/10/2013 Florent BALMONT joueur de Lille lors du match FC Nantes contre Lille
NANTES, le 25/10/2013 Florent BALMONT joueur de Lille lors du match FC Nantes contre Lille — FABRICE ELSNER/20MINUTES
  • Le milieu de terrain de Dijon a joué huit ans au Losc.
  • Il donne son avis attristé sur la situation actuelle.
  • Il regrette que le projet mis en place depuis le début de saison ait laissé des joueurs d’expérience sur le carreau.

Il a marqué l’histoire du LOSC. Lors de ses huit saisons passées (2008-2016) sous le maillot nordiste, Florent Balmont est devenu un joueur emblématique du club sur et en dehors des terrains.

>> A lire aussi : «Ils sont en train de tuer notre club», pourquoi les supporters du Losc ont craqué

Cadre de l’équipe qui a réalisé le doublé Ligue 1/Coupe de France en 2011, le milieu n’hésitait pas non plus à aller au front pour discuter avec les supporters dans les périodes de tension. Attristé devant la situation d’un club en crise à tous les étages, le joueur de 38 ans, parti à Dijon à l’été 2016, nous livre son sentiment sur ce qu’est devenu son club de cœur.

Que pensez-vous des événements survenus samedi au stade Pierre Mauroy ?

Je suis attristé et déçu de voir des images comme ça. Ça fait mal. On ne peut pas excuser ce qui s’est passé ce week-end. Même si les supporters avaient été assez calmes jusqu’à présent. Je pense qu’un peu plus de dialogue avec le club et les joueurs aurait été un peu mieux. Maintenant, on ne peut pas demander à un joueur de 20 ans d’aller discuter avec des supporters. C’était notre rôle quand on était à Lille en tant que cadres de l’équipe. Et c’est important d’avoir ça dans un club.

>> A lire aussi : VIDEO. Envahissement de terrain, joueurs tapés par leurs propres supporters... C'était le chaos à Lille

Au Losc, quand on sentait que c’était un peu le feu, avec Rio (Mavuba) ou d’autres anciens, on allait voir les supporters parce qu’on sentait qu’il fallait expliquer les choses. Automatiquement, les supporters comprenaient ce dialogue. C’était le rôle des anciens de se mettre en avant pour ne pas envoyer les jeunes au front. Mais la politique du Losc a changé depuis le début de saison…

En quoi est-ce important d’avoir des joueurs d’expérience dans un vestiaire ?

Bon, on va dire que je suis vieux tout ça, mais en France, dès qu’on a passé 30 ans, on croit qu’on n’avance plus. Mais, même si on a parfois moins de temps de jeu, on sait tout ce qui se passe dans le vestiaire et on peut transmettre les valeurs du club aux plus jeunes.

Quand c’est un peu tendu, c’est aux anciens d’y aller et pas aux jeunes. Cela permet de protéger un groupe. D’ailleurs, par expérience, quand on réalise une bonne saison dans un club, c’est souvent parce qu’il y a un mix de jeunes et d’anciens dans la même équipe. Ce n’est pas possible de réussir seulement avec des jeunes.

Le Losc paye ses choix réalisés en début de saison selon vous ?

C’est sûr et certain et je ne m’en suis jamais caché. Quand on fait partir autant de joueurs emblématiques en début de saison, des joueurs qui avaient fait beaucoup pour le club, qu’on les met de côté, qu’on les interdit de vestiaire, qu’on leur manque de respect, à un moment donné il faut s’attendre à un retour de bâton. Ce qui se passe depuis le début de saison me donne un sentiment de gâchis.

>> A lire aussi : Pour l'ancien président du Losc Michel Seydoux, «Bielsa a détruit le club»

Avec tout ce qu’on a donné au club pendant plusieurs saisons, voir le Losc comme ça c’est dommageable. C’est la faute aux Campos, aux Bielsa d’avoir négligé tout ce qui avait été fait avec une politique de recrutement basé sur des jeunes, des étrangers. On a oublié les valeurs du club, celles auxquelles les supporters s’identifiaient.

Avez-vous peur pour l’avenir du Losc ?

Automatiquement oui car la fin de saison approche. Après, je suis parti depuis un an et demi et mon but premier est de me maintenir avec Dijon. Quand ce sera fait, j’espère que Lille se maintiendra. C’est important pour les gens du Nord qui soutiennent ce club.

Quand vous discutez du club avec les anciens joueurs que vous dites-vous ?

On échange beaucoup par textos et on s’appelle aussi au téléphone. Ce qui ressort, c’est qu’on est tous attristés de ce qui se passe. On est tous déçus. On n’a pas fait de bruit, on n’a rien dit. Tous les joueurs écartés en début de saison auraient pu parler, auraient pu dire ce qui s’est réellement passé.

>> A lire aussi : «Il s’était enfermé à double tour dans sa chambre»... Comment Marcelo Bielsa a tout fait pour éviter de recevoir sa lettre de licenciement

Ce qu’ils ont vécu pendant les vacances ou à la reprise de l’entraînement, ce n’est pas normal. Il y a eu un vrai manque de respect. Tout le monde parlait de Bielsa, de l’entraîneur qui allait tout changer au Losc. Mais on ne peut pas tout changer comme ça du jour au lendemain en faisant venir 15 jeunes d’un coup et en se séparant de tous les cadres.

Que faudrait-il pour repartir dans le bon sens ?

Je pense que le choix de Christophe Galtier a été bon. Il fallait un entraîneur comme ça. Maintenant, il n’a pas recruté ces joueurs et il n’a pas de cadres autour de lui pour pouvoir discuter, dialoguer et pouvoir discuter aussi avec les supporters. Maintenant, il faut qu’il fasse le dos rond jusqu’à la fin de saison pour maintenir le club. Et après, il y aura sans doute un grand changement dans le recrutement.