Girondins de Bordeaux: «On ne s’est pas vus trop beaux», assure Jérémy Toulalan

FOOTBALL Sur le podium de la Ligue 1 au soir de la 7e journée, les Bordelais n’ont, depuis, pris qu’un point…

Jeremy Goujon

— 

Jérémy Toulalan, ici à la poursuite de Firmin Mubele, a marqué contre son camp à Rennes.
Jérémy Toulalan, ici à la poursuite de Firmin Mubele, a marqué contre son camp à Rennes. — J.-S. Evrard / AFP
  • Le FCGB a subi sa quatrième défaite en cinq journées vendredi soir, à Rennes (1-0).
  • Au Roazhon Park, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont chuté pour la troisième fois de suite sans marquer le moindre but.
  • Le capitaine de l’équipe évoque une cassure depuis le match contre Amiens (21 octobre).

Le mot « crise » sera-t-il désormais lâché aux Girondins de Bordeaux ? Tout porte à le croire après la désolante sortie du FCGB au Roazhon Park, où l’équipe de Jocelyn Gourvennec est tombée face au Stade Rennais (1-0), vendredi soir.

L’attaque ne répond plus

Un nouveau revers, le quatrième sur les cinq dernières journées de Ligue 1, marqué du sceau de l’inefficacité (aucun tir cadré en six tentatives), à l’image de l’énorme occasion gâchée par Alexandre Mendy en toute fin de partie. « La défaite est logique, reconnaissait dès lors Gourvennec. J’ai trouvé le niveau technique du match assez faible, des deux côtés. On n’a pas été assez précis pour leur poser plus de problèmes. On a très mal fini nos actions. »

>> A lire aussi: Face au FC Nantes, le phénomène Malcom n'a pas suffi pour les Girondins de Bordeaux (1-1)

Une lacune en passe d’être récurrente puisque, depuis la réalisation de Malcom face à Nantes (1-1, le 15 octobre), les Girondins n’arrivent plus à trouver la faille. Soit 313 minutes consécutives sans inscrire le moindre but. « Au-delà de ça, on a été battus sur tous les ballons au cœur du jeu, notamment en première mi-temps, analysait l’entraîneur breton. On est dans le dur actuellement, il n’y a rien qui sourit. »

Quelque chose s’est cassé contre Amiens

Référence, sans doute, au csc de Jérémy Toulalan, dont la déviation de la tête trompa Benoît Costil (12e minute). « Il n’y a pas grand-chose à dire, on est dans le dur, déclarait à son tour le capitaine bordelais. Quand c’est comme ça, il faut rester bien soudés tous ensemble, et puis travailler encore plus. On s’en sortira collectivement. »

>> A lire aussi: Défense au point, recrues au top, Malcom... Ce dont était composé le cocktail de l'invincibilité chez les Girondins de Bordeaux

L’ancien Nantais l’assure : Bordeaux n’avait pas pris la grosse tête après son très bon début de saison, ponctué de quatre victoires et trois nuls au bout de sept journées. « On ne s’est pas vus trop beaux. Le souci, vraiment, c’est Amiens [1-0, 21 octobre]. On aurait dû faire beaucoup mieux là-bas [au Havre, où la rencontre fut délocalisée], et je pense qu’on a perdu un peu confiance par rapport à ça », estime Toulalan.

Un seul objectif : mieux jouer

Même s’il est aujourd’hui rentré dans le rang (8e), en attendant les matchs du week-end (qui pourraient le faire basculer dans la deuxième moitié de tableau), le sextuple champion de France « a toujours de l’ambition », selon Jocelyn Gourvennec.

« Il va falloir faire comme l’année dernière, à savoir produire beaucoup, beaucoup, beaucoup d’efforts pour revenir dans la partie et améliorer notre jeu. Avant de parler du classement, c’est surtout ça l’enjeu », conclut le coach.