Girondins de Bordeaux: Défense au point, recrues au top, Malcom... Le cocktail de l'invincibilité

FOOTBALL Les Bordelais veulent enchaîner un 14e match sans défaite en L1, ce samedi (20 heures), face à Guingamp…

Clément Carpentier

— 

Pellenard, Sankharé, Jovanovic et Otavio (de gauche à droite) sont toujours invaincus cette saison avec les Girondins.
Pellenard, Sankharé, Jovanovic et Otavio (de gauche à droite) sont toujours invaincus cette saison avec les Girondins. — Rémy Gabalda
  • Derrière, ça devient du béton.
  • Au milieu, les recrues rayonnent déjà.
  • Devant, Malcom s’occupe de tout.

Treize matchs. Voilà la série sans défaite, en championnat, sur laquelle les Girondins sont assis à la veille de recevoir, ce samedi, l’En Avant de Guingamp au Matmut Atlantique (20 heures) pour la 7e journée de Ligue 1. Bordeaux n’a, en effet, plus perdu depuis le 5 avril dernier (à Angers) et surtout reste la dernière équipe invaincue avec le Paris Saint-Germain, cette saison. Essayons donc de comprendre comment les joueurs de Jocelyn Gourvennec sont-ils devenus invincibles ?

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: La pépite Malcom est (très) proche de prolonger selon son président

Une défense de plus en plus solide

La première des forces des Girondins de Bordeaux en ce début de saison, c’est son arrière-garde. Si pour l’instant, elle n’est que la 6e meilleure défense du championnat, elle a déjà réalisé trois clean sheets en six journées. Selon l’entraîneur bordelais, sa ligne défensive, mélange de jeunesse et d’expérience, a gagné en maturité (pas de penalty concédé et de carton rouge reçu).

  • Sabaly : Après des premiers matchs « moyens », dixit le joueur lui-même, il a retrouvé son aisance technique en attaque et sa tonicité en défense.
  • Toulalan : Pour Jocelyn Gourvennec, c’est son repositionnement qui apporte aujourd’hui « plus de maturité, de sang-froid et une meilleure lecture du jeu à sa défense. »
  • Jovanovic : Le Serbe devient au fur et à mesure une valeur sûre du championnat. Rarement pris à défaut, il a gagné en tranquillité avec Jérémy Toulalan.
  • Pellenard : À 23 ans, il est la bonne surprise du début de la saison. Celui, qui « apprend vite et bien » selon son coach, s’est imposé à son poste.

Enfin, il ne faut pas oublier le rôle de Benoît Costil. Le gardien international s’est déjà montré décisif à plusieurs reprises (Troyes, Lille et surtout Toulouse). Il pourrait rapidement retrouver l’équipe de France.

>> A lire aussi : TFC-Bordeaux: Les Girondins brisent la malédiction du derby, les Toulousains frustrés

Des recrues déjà presque tous au top

« On a la banane », Nicolas De Préville ne cache pas son bonheur d’avoir rejoint Bordeaux, cet été. L’ancien Lillois se sent déjà comme chez lui dans sa nouvelle équipe. Et il n’est pas le seul. En effet, l’autre grande réussite de ce début de saison, c’est l’intégration des recrues. Si Cafu est arrivé en manque de rythme, les autres sont déjà à un (très) bon niveau à l’image d’Otavio et Lerager.

Lerager, Cafu, Costil, Otavio et Mendy (de gauche à droite) ont débarqué aux Girondins cet été.
Lerager, Cafu, Costil, Otavio et Mendy (de gauche à droite) ont débarqué aux Girondins cet été. - Nicolas Tucat / Jean-François Monier

Le Brésilien et le Danois rayonnent un peu plus à chaque rencontre au milieu de terrain. L’un par sa présence physique et sa vista devant la défense, l’autre par son endurance et son apport offensif. Les deux hommes pourraient très rapidement se faire un nom en Ligue 1.

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Une appellation contrôlée 100% Gourvennec

Malcom, le facteur X

Il est le joueur dont tout le monde parle. Même, peut-être, un peu trop au goût de Jocelyn Gourvennec : « L’équipe, c’est un tout. Il n’y a pas de faire-valoir autour de lui ou des pipes (sic) sur le banc. » Pas faux. Mais, il faut tout de même reconnaître que Malcom marche sur l’eau depuis début août (trois buts et trois passes décisives en six matchs).

Le milieu de terrain brésilien a déjà rapporté pas mal de points (4) à son équipe par ses buts cette saison (Lyon et Toulouse) alors comme dirait Nicolas De Préville : « Il vaut mieux l’avoir dans son équipe en ce moment. En plus, il libère des espaces pour les autres. » D’ailleurs, au Haillan, on parle de plus en plus de Malcom comme le « Neymar des Girondins. » Pourvu que ça dure…

>> A lire aussi : Mercato : Malcom, De Préville, les départs... Stéphane Martin revient sur cet été brûlant