TikTok : La plateforme reconnaît l’impact de certains challenges sur la santé mentale des ados

DEFI Selon un rapport publié par l’application, la santé mentale de près de 30 % des ados est affectée lorsqu’ils sont exposés à des contenus ayant rapport à la mort, à l’automutilation et au suicide

H. B.
— 
Le logo de l'application TikTok
Le logo de l'application TikTok — © tiktok iXimus / Pixabay

#BussItChallenge, #SkullBreakerChallenge ou encore #OboulChallenge… Qu’ils soient amusants ou jugés dangereux, les défis et challenges en tout genre foisonnent sur la plateforme de partage de vidéos TikTok. Afin d’analyser et mesurer leurs effets sur l’intégrité physique et la santé mentale des adolescents, l’application a réalisé un long rapport* qu’elle vient de publier sur sa newsroom.

La plateforme a ainsi interrogé plus de 10.000 adolescents, parents et professeurs issus de neuf pays, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, et fait appel à de nombreux professionnels, notamment des psychiatres pour enfants et des spécialistes de la sécurité des adolescents.

Des challenges risqués pour 32 % des adolescents

Selon les experts, la plupart des challenges sur TikTok – comme le #IceBucketChallenge ou le #BlindingLightsChallenge –, sont considérés comme inoffensifs. L’application affirme ainsi que 48 % des adolescents interrogés considèrent que les challenges auxquels ils ont récemment été exposés sont « amusants » et « légers ». Près d’un tiers, 32 % d’entre eux, considèrent qu’il y a « des risques modérés », mais se sentent tout de même en sécurité.

En revanche, 14 % des ados interrogés estiment avoir réalisé un défi « risqué et dangereux », et 3 % décrivent les challenges TikTok comme « très dangereux ». Ils sont néanmoins seulement 0,3 % à avoir reconnu avoir pris part à des challenges dits « très dangereux ». Les chercheurs se sont également rendu compte que les ados manquaient d’information claire sur la dangerosité des challenges en amont. Car seuls 46 % des ados interrogés estimaient avoir « une bonne information sur les risques et ce qui dépasse les limites ».

L’application s’est également intéressée à l’impact de certains contenus sur la santé mentale de ses utilisateurs. Pour 31 % des jeunes ayant été confrontés à des contenus liés à la mort, à l’automutilation et au suicide (comme le #MomoChallenge ou le #BlueWhaleChallenge), l’impact a été « négatif », et 63 % d’entre eux affirment que cela s’est fait ressentir sur leur santé mentale.

De nouvelles fonctionnalités proposées par la plateforme

Pour faire face à ces problèmes, l’application a annoncé la mise en place de nouvelles fonctionnalités avec une mise à jour de son « Safety Center » (Centre de sécurité). Tous les challenges et posts seront ainsi surveillés de plus près et TikTok ne tolérera plus de tels contenus, qui seront systématiquement supprimés. « Nous avons créé une technologie qui alerte nos équipes sécurité en cas de hausse soudaine de contenus contraires aux conditions en lien à des hashtags, et nous avons étendu cela pour capturer également les attitudes potentiellement dangereuses », indique la plateforme dans son rapport.

Une section entièrement dédiée aux challenges sera ainsi créée. Les avertissements, qui apparaissent lorsqu’un utilisateur fait par exemple des recherches sur le suicide ou l’automutilation, vont être adaptés en plus de langues pour permettre une meilleure accessibilité, détaille l’application.

* Sondage auprès de plus de 10.000 adolescents, parents et enseignants d’Argentine, d’Australie, du Brésil, d’Allemagne, d’Italie, d’Indonésie, du Mexique, du Royaume-Uni, des États-Unis et du Vietnam.