Photo: Pourquoi la Polaroid Hi-Print imprime mieux que ses concurrentes

IMPRIMANTE NOMADE Polaroid veut sa part du gâteau sur le marché des imprimantes pour smartphones et réussit avec sa Hi-Print à proposer tout simplement la meilleure du moment

Christophe Séfrin

— 

L'imprimante nomade Hi-Print de Polaroid se révèle — 20 Minutes
  • Le succès des imprimantes nomades pour smartphone a poussé Polaroid à investir ce marché.
  • Avec sa Hi-Print vendue 100 euros, la marque emblématique de la photo instantanée se distingue par la technologie d’impression retenue.
  • Grace à la sublimation thermique, l’appareil livre des images au format carte de crédit de très belle facture, bien supérieures à celles issues d’imprimantes utilisant la technologie concurrente Zink.

L’histoire de Polaroid est un véritable roman dont le nouveau chapitre pourrait être l’arrivée de l’imprimante nomade Hi-Print lancée pour un billet de 100 euros. Avec elle, la marque veut prendre sa place sur un marché qui, depuis 2017, surfe sur le regain d’intérêt du public – et des jeunes en particulier — pour la photo instantanée. Fonctionnant sur batterie, ces imprimantes se connectent à nos smartphones en Bluetooth et peuvent imprimer par le biais d’une application n’importe quelle photo.

L'imprimante Hi-Print de Polaroid lancée à 100 euros.
L'imprimante Hi-Print de Polaroid lancée à 100 euros. - POLAROID

L’encombrement de trois smartphones

La Hi-Print profite d’une l’allure plutôt originale dont l’une des extrémités en plastique translucide reprend les codes couleurs de la marque (rouge, orange, jaune, vert et bleu). La bonne idée aurait été qu’une ampoule LED éclaire cet élégant module de l’intérieur au moment de l’impression, c’eût été joli. Mais non. Annoncée comme « de poche », la Hi-Print occupe l’espace que prendraient trois smartphones empilés les uns sur les autres : 17,50 x 10,10 x 4,60 cm pour 255 grammes (sans cartouche). On peut donc la transporter dans un sac avec son câble de recharge et sa prise micro-USB.

Polaroid a décliné sur son imprimante les couleurs emblématiques de son logo.
Polaroid a décliné sur son imprimante les couleurs emblématiques de son logo. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

L’un des côtés de l’imprimante cache une ouverture dans laquelle se glisse la cartouche d’impression renfermant 10 feuilles au format carte de crédit (54 x 86 mm). Rien que du très classique.

69 filtres pour personnaliser ses vues

Prête à l’emploi en deux minutes après avoir téléchargé l’application Polaroid Hi-Print et l’avoir appairée en Bluetooth avec son smartphone, l’imprimante éjecte ses premiers tirages importés depuis la photothèque de l’utilisateur. Au préalable, l’application permet de très nombreuses retouches (luminosité, contraste, saturation…), d’appliquer des filtres classés dans différentes catégories, comme Vintage, Smooth, Cold… Nous en avons dénombré pas moins de 69 !

Pas moions de 69 filtres à appliquer à ses photos avant de les imprimer.
Pas moions de 69 filtres à appliquer à ses photos avant de les imprimer. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Il est également possible d’insérer des petits textes dans ses photos sous forme de logos (il y en a une quinzaine), mais aussi d’apposer des autocollants virtuels (cœur, lunettes…), ainsi que des cadres. On s’enthousiasme pour l’ensemble, même si la section Cadres est franchement maigrichonne avec quatre modèles seulement. Une application comme Snapseed de Google offre, elle, des possibilités presque infinies en la matière. Vient le moment où l’on lance l’impression.

Sublime sublimation ?

Impression à sublimation thermique oblique, la feuille à imprimer effectue plusieurs passages sous ce qui peut ressembler à un rouleau encreur afin de recevoir ses différentes couches de couleur.

Chaque cartouche contient 10 feuilles au format 54 x 86 mm.
Chaque cartouche contient 10 feuilles au format 54 x 86 mm. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

On la voit donc sortir et rentrer de l’imprimante à quatre reprises. On retrouve ici un peu l’esprit des appareils photo instantanés Polaroid dont les images se révèlent lentement après la prise de vue. Entre la transmission du fichier du téléphone à l’imprimante et l’impression, une grosse minute est nécessaire pour obtenir son tirage. Et là… bonne surprise.

Les photos au format de carte de visite sont imprimées grâce au procédé de la sublimation thermique.
Les photos au format de carte de visite sont imprimées grâce au procédé de la sublimation thermique. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Si leur format reste étriqué, les vues obtenues sont belles. Les couleurs y sont denses et homogènes, voire légèrement saturées (gare à la luminosité de l’écran de votre smartphone dont l’affichage peut être trompeur). Les détails restent visibles. Protégées contre les projections d’eau, les photos sont autocollantes. On apprécierait une gamme de papiers différents pour varier les plaisirs. L’autonomie de l’imprimante est de 20 tirages, ce qui est peu, mais en phase avec ce que proposent les produits concurrents.

La meilleure du marché ?

Reste une qualité très largement au-dessus de celle proposée par les imprimantes à technologie Zink (lire encadré). Nos tests de l’Instax mini Link de Fujifilm (119 euros), de la Sprocket d’HP (actuellement bradée à 89 euros), de la Zoemini C de Canon (109 euros) qui utilisent Zink se sont toujours soldés par un avis un peu déceptif. Photos aux couleurs souvent délavées et virant souvent au rouge sont leur lot commun. La sublimation thermique, elle, offre des résultats bien supérieurs.

Des photos aux couleurs denses (ici d'une oeuvre de l'artiste Dourone)
Des photos aux couleurs denses (ici d'une oeuvre de l'artiste Dourone) - CHRISTIOPHE SEFRIN/20 MINUTES

L’imprimante Hi-Print n’aurait d’ailleurs actuellement qu’une seule et vraie rivale : la PhotoBee du coréen CIAAT qui avait lui opté pour la sublimation thermique mi-2017. Mais l’appareil semble avoir disparu des rayons. Polaroid peut donc aujourd’hui s’enorgueillir de proposer la meilleure imprimante nomade du marché. Avec un prix de revient à la vue de 85 centimes, le constructeur reste dans les clous par rapport au prix « marché » des tirages sur imprimantes nomades.

Sublimation thermique ou Zink: deux technologies très différentes

Contrairement à la plupart des imprimantes nomades concurrentes, la Hi-Print utilise la technologie d’impression dite à « sublimation thermique » et non la technologie Zink qui fut longtemps très en vogue. Rappelons que la première utilise de l’encre, pas la seconde. La première repose sur le passage successif de la feuille que l’on imprime sous un film plastique venant y déposer les couleurs jaune, rouge et cyan (puis un film protecteur). La seconde nécessite l’utilisation de feuilles spécifiques qui renferment des cristaux de couleur qui se révèlent lorsque exposés à une source de chaleur.