Photo instantanée: Les instagrameurs dans le viseur du Realipix Square S d’AgfaPhoto

PHOTO La marque AgfaPhoto surfe sur le succès de la photo instantanée avec son Realipix Square S qui prend des photos et imprime aussi depuis un smartphone des vues au format carré

Christophe Séfrin

— 

Le Realipix Square S imprime ses photos au format carré.
Le Realipix Square S imprime ses photos au format carré. — AGFAPHOTO
  • La photo instantanée continue à se développer en France avec l’arrivée de nouveaux appareils qui veulent détrôner ceux de Fujifilm et de Polaroïd Originals.
  • Vendu 119 euros, le Realipix Square S d’AgfaPhoto veut ainsi se distinguer en proposant des photos au format carré que les fans d’Instagram risquent d’apprécier.
  • Si ses fonctions sont limitées, l’appareil fait aussi office d’imprimante nomade pour smartphone avec de nombreuses possibilités créatives.

En forte croissance depuis plusieurs années, la photo à développement instantané plaît. Et plaît notamment aux jeunes. Beaucoup trouvent en elle un complément émotionnel à la boulimie de photos prises avec leur smartphone. Dans le sillage des appareils Instax de Fujifilm qui trustent le marché, mais aussi de ceux de Polaroid Originals, se pressent une foule de constructeurs désireux de surfer sur la vague : Canon et ses appareils Zoemini C et S, Kodak et son Printomatic, et désormais AgfaPhotop qui lance son Realipix Square S.

Un pavé pour Instagramer

Constat tout d’abord : le Realipix Square S est un pavé. Employant des codes rétro comme sa façade noire texturée rappelant celle de certains illustres prédécesseurs, il mesure 13,2 x 10,4 x 3 cm. Autant dire qu’il en impose. A l’avant, son énorme objectif cache un capteur photo de 10 mégapixels et un miroir pour réaliser des selfies. A l’arrière, un minuscule écran LCD de 1,7’’/4,31 cm et quelques boutons de réglage. Sur le dessus, un bouton ON/OFF et le déclencheur. Tout semble simple.

Le design du Realipix Square S comme un clin d'oeil au logo d'Instagram.
Le design du Realipix Square S comme un clin d'oeil au logo d'Instagram. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Particularité : le Realipix Square S imprime des photos au format carré (7,6 x 7,6 cm). Elles sont un peu plus larges que celles du concurrent désigné, l’Instax Square SQ6 de Fujifilm dont les photos elles aussi carrées sont au format 6,2 x 6,2 cm. Les Instagramer sont bel et bien dans le viseur du constructeur. La façade du Realipix Square S n’est d’ailleurs pas sans rappeler le logo du réseau social.

89 centimes d’euro la photo

L’appareil à la contenance de 10 feuilles photo utilise le procédé d’impression par sublimation thermique. Soit l’impression par passes successives des couleurs primaires (rouge, vert, bleu), puis d’un film de protection. Coût de revient : 89 centimes la photo imprimée. C’est peu ou prou équivalent au tarif en vigueur chez Fujifilm. Mais cela reste cher en comparaison des impressions à sublimation thermique de l’imprimante Sprocket Studio d’HP. Bien qu’elle ne fonctionne que sur secteur, elle livre des tirages au format 10 x 15 cm moyennant 0,37 cm d’euros la feuille seulement.

Couleurs denses et clichés détaillés

Les résultats de notre test du Realipix Square S sont plutôt bons en termes de qualité d’image. Sans doute un peu denses, les couleurs claquent et flattent néanmoins la rétine. Contrepartie : elles manquent un peu de naturel. Mais les images sont détaillées.

Des tirages par sublimation thermique à la qualité convaincante.
Des tirages par sublimation thermique à la qualité convaincante. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

A l’usage, une confirmation : l’impression par sublimation thermique se rapproche vraiment de la qualité d’un tirage photo traditionnel. On peut cependant ici déplorer la petite taille de l’écran de visée. Et incohérence : il faut sélectionner son filtre (normal, noir et blanc, effet BD ; effets bleutés) avant de prendre une photo. Il est ainsi impossible de l’appliquer sur l’image après la prise de vue. Les fonctions du Realipix Square S d’AgfaPhoto se limitent donc au minimum. Consolation : l’appareil photo est Bluetooth et dispose d’une application qui le transforme en imprimante nomade.

Fonctionnalités créatives

Cette fois, les fonctionnalités sont plus poussées, avec la possibilité d’imprimer n’importe quelle photo présente dans son smartphone, de la recadrer, de lui apposer un filtre parmi une bonne vingtaine proposée, de créer des cartes de visite, des cartes d’anniversaire ou de Noël, des collages, d’ajouter du texte, un gribouillage… et même de partager l’image ainsi retouchée. C’est complet ! Il y a ici de quoi laisser sa fibre créatrice s’exprimer, même si on est limité à une autonomie d’impression de 20 feuilles.

Une application assez complète transforme l'appareil photo en imprimante.
Une application assez complète transforme l'appareil photo en imprimante. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Vendu 119 euros, le Realipix Square S d’AgfaPhoto est d’un bon rapport qualité/prix même si, en lui-même, l’appareil photo crée des frustrations. Celles-ci sont compensées par des fonctionnalités d’impression de bonne qualité. Pour 100 euros, AgfaPhoto propose d’ailleurs sa Realipix Square S, une simple imprimante nomade qui reprend les mêmes caractéristiques, mais ne prend pas de photo.

Instantannés

Face à la sublimation thermique, on trouve deux autres procédés d’impression instantanée sur le marché.

L’émulsion chimique. C’est le procédé « historique », celui de Polaroid, puis de Fujifilm et de Lomography. La feuille de papier argentine utilisée pour la photo renferme une émulsion qui s’active au moment de son éjection de l’appareil pour révéler peu à peu la photo.

La technologie Zink (pour Zéro Ink, soit « sans encre ») est un procédé d’impression thermique. En éjectant la petite feuille de papier autocollant, l’appareil photo la chauffe, déclenchant ainsi une réaction chimique qui va révéler des microcristaux colorés.