Qualité photo, coût du tirage… Faut-il craquer pour l’imprimante pour smartphone HP Sprocket

TEST Alors que les ventes d’appareils photo instantanés s’emballent, les petites imprimantes « pocket » pour smartphones pointent leur museau. « 20 Minutes » a essayé la petite nouvelle, la sprocket d’HP…

Christophe Séfrin

— 

L'imprimante Sprocket d'HP tente de surfer sur le succès de la photo instantanée.
L'imprimante Sprocket d'HP tente de surfer sur le succès de la photo instantanée. — HP

Le triomphe des appareils photo Instax de Fujifilm ou Lomo’Instant de Lomography redonne un coup de fouet aux photos instantanées. Rien qu’à Noël, il se serait vendu 300.000 appareils photo de ce type, selon le Gfk. Conséquence : une foule de constructeurs veut surfer sur le succès retrouvé de l’instantané et se presse au chevet des imprimantes de poche. Exemples : LG et sa PD241, Polaroid et sa Zip, Kodak et sa Photo Printer ou Fujifilm et son Instax Share SP-2. Toutes sont dédiées aux smartphones et fonctionnent sur batterie. Elles sont vendues entre 90 et 140 euros.

>> A lire aussi : Photo instantanée: Souriez, elle se développe comme jamais !

Les voilà désormais face à une nouvelle rivale aux dents longues. Son nom : la sprocket d’HP (oui, « sprocket », ça nous a surpris aussi…). A 149 euros, la petite imprimante veut faire mieux que ses aînées. et – pour reprendre l’expression consacrée !- faire « bonne impression ». On a vérifié.

Séquence « unboxing »

La sprocket (on a du mal à se faire à son nom…) est petite et légère : 75 x 116 x 23 mm, pour 170 grammes. Elle peut donc parfaitement tenir dans un sac et nous suivre au quotidien.

Le sprocket ne pèse que 170 grammes et peut être emportée partout.
Le sprocket ne pèse que 170 grammes et peut être emportée partout. - HP

 

Une petite housse de transport n’aurait pas été superflue pour éviter de rayer son joli revêtement blanc nacré ou noir laqué. Fonctionnant sur batterie, elle est fournie avec un câble de recharge USB, mais aussi avec un pack de 10 photos.

Souriez, dites « Zink » !

La sprocket (euh… non, rien !) utilise la technologie d’impression sans encre Zink. Celle-ci existe depuis 10 ans environ. Elle emploie des feuilles de papier spécifiques couvertes de cristaux qui, en étant chauffées, dévoilent des points colorés. Les impressions sont effectuées au format 5 x 7,6 cm. C’est légèrement inférieur à la photo instantanée de l’Instax de Fujifilm (5,4 x 8,6 cm). Différence cependant : la sprocket peut imprimer des photos sans bord, alors que chez Fujifilm, la taille réelle des images une fois débarrassées de leur bordure blanche n’est plus que de 4,5 x 6,1 cm.

Fonctionnement : objectif pellicule et réseaux sociaux

Après avoir chargé l’imprimante et lui avoir inséré un jeu de 10 feuilles photo, il faut télécharger l’application sprocket pour iOS et Android. Celle-ci va vous réclamer de valider un moyen de paiement. Pas cool. Cela va évidemment inciter aux achats de papier en ligne. Il s’agit ensuite de connecter l’imprimante en Bluetooth à son smartphone, puis de sélectionner les photos que l’on veut imprimer.

De nombreuses possibilités de personnalisation accessibles à travers l'application.
De nombreuses possibilités de personnalisation accessibles à travers l'application. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

 

Bon point : on peut bien sûr accéder à sa photothèque, mais aussi à ses photos Instagram, Facebook ou Flickr. Avant d’imprimer, il est possible de choisir un filtre parmi les 17 proposés, de sélectionner une bordure parmi 20 modèles, d’ajouter des stickers (70 au choix). L’application est bien faite et les possibilités variées. Plus embêtant : d’incompréhensibles soucis de déconnexion Bluetooth nous ont un peu agacés.

Qualité des photos : des tirages détaillés

Il faut environ 40 secondes pour que la sprocket livre une photo. Toujours ce moment un peu magique… Les tirages sont globalement beaux, beaucoup plus détaillés qu’avec un appareil photo instantané.

L'imprimante HP sprocket est compatible avec les smartphones iOS ou Android.
L'imprimante HP sprocket est compatible avec les smartphones iOS ou Android. - HP

 

On note cependant une légère tendance des couleurs à tirer sur le jaune et certains tons chair à virer sur l’orange. Petit plus : les tirages peuvent se transformer en autocollants.

Le coût de revient : moins cher que chez Fuji, mais quand même…

Les packs de 20 feuilles sont officiellement vendus 11,90 euros, ce qui place le tirage photo – hors coût de l’imprimante- à 0,59 euro. Attention, en commandant chez HP des recharges en ligne, le constructeur réclame 5,01 euros de frais de livraison, ce qui fait bondir le cout du tirage à 0,84 euro ! Ce tarif reste plus intéressant que celui des photos Fuji Instax Mini qui, à 19,99 euros les 20 feuilles met le tirage à près de 1 euro. Pour se faire mal, on peut pousser la comparaison avec les chouettes tirages labo dans l’esprit « Pola » du site Lalalab, qui propose ses impressions au format carré (8,5 x 10,2 cm) moyennant 15,90 euros les 36 vues, plus 2,99 euros – site de développement en ligne oblige — de frais de port, soit 0,52 euro l’image. Mais même si les livraisons sont rapides, il n’est plus ici question de photo instantanée… Laquelle, reste définitivement un hobby onéreux.