Instax mini 11 : L’appareil photo instantané réussit-il (enfin) de belles images ?

CLIC Le nouvel appareil photo instantané Instax mini 11 de Fujifilm a trouvé quelques astuces techniques pour que ses photos soient toujours réussies

Christophe Séfrin

— 

L'Instax mini 11 de Fujifilm taillé pour les selfies instantanés — 20 Minutes
  • Fujifilm lance son Instax mini 11, son nouvel appareil photo instantané sans aucun réglage, vendu 79 euros.
  • Ses contrôles de l’exposition et de la vitesse d’obturation automatiques sont supposés permettre des photos de meilleure qualité.
  • A l’arrivée, les résultats sont au rendez-vous, notamment pour les selfies qui restent le nerf de la guerre du mini 11.

Clic-clac : le nouvel appareil photo instantané Instax mini 11 de Fujifilm est prêt à nous tirer le portrait. Lancé à 79 euros pour l’été, ce boîtier aux couleurs pastel (il est disponible en 5 coloris jeunes et jolis) ressemble aux précédentes moutures de l’Instax. Moins massif et un peu plus arrondi que l’Instax mini 9 qui l’avait précédé il y a près de 3 ans (et désormais vendu 59 euros), le nouveau venu revendique quelques améliorations techniques. Celles-ci doivent lui permettre d’éviter les photos ratées.

Un mode Selfie fait son apparition sur l'Instax mini 11 de Fujifilm.
Un mode Selfie fait son apparition sur l'Instax mini 11 de Fujifilm. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Plus aucun réglage

Tenant parfaitement en main, l’Instax mini 11 est d’une manipulation particulièrement aisée. Fonctionnant avec des cartouches de 10 vues à loger dans un compartiment à l’arrière de l’appareil, il se met en marche à l’aide du gros bouton situé sur le côté de l’objectif. Dès lors, ce dernier s’extrait.

Le déclencheur tombe naturellement sous le pouce pour réaliser des autoportraits.
Le déclencheur tombe naturellement sous le pouce pour réaliser des autoportraits. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

La bague de contrôle qui permettait jadis de moduler l’exposition des photos selon les conditions de lumière ambiante a disparu. Fujifilm revendique désormais un contrôle de l’exposition automatique. Et l’Instax mini 11 adapte tout seul sa vitesse d’obturation entre 1/250 et une demi-seconde. Il n’y a donc aucun réglage à réaliser selon les conditions de luminosité. La photo instantanée pour les Nuls, c’est par ici !

Un flash omniprésent

De la même façon, le déclenchement du flash est automatisé. Impossible de se soustraire à un éclair lumineux (dont la puissance sera cependant modulée), ce qui peut occasionner quelques photos un peu surexposées tout de même, voire aux couleurs artificiellement délavées. A l’essai, nous avons pu constater que le flash se déclenchait même en plein soleil, c’est dire ! On imagine qu’en « verrouillant » son mini 11, Fujifilm tente ainsi d’éviter à ses utilisateurs tout risque de photos ratées et sous-exposées. Il faut dire qu'à 89 centimes d’euros la vue, on n’a pas envie de se louper…

Soucieux de proposer des photos de meilleure qualité, le constructeur a trouvé une autre petite astuce. Alors que l’objectif se déploie seul lors de la mise en route de l’appareil pour se placer en mode grand angle (de 1 mètre à l’infini), il est possible d’en réduire le champ d’action avec une mise au point précise de 30 cm à 50 cm.

Avec l'Instax mini 11, les selfies gagnent en netteté.
Avec l'Instax mini 11, les selfies gagnent en netteté. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Solution ? Tirer manuellement sur l’objectif déjà déployé pour en extraire un nouvel élément. Cette fois apparaît sur la bague la mention « Selfie On ». Là encore, le mini 11 va optimiser ses réglages.

Des résultats probants

A l’essai, on constate un vrai changement. Si le flash automatisé pose effectivement problème en surexposant certaines vues ou en projetant des ombres portées excessives, on note cependant une amélioration significative de la netteté des prises de vue, notamment pour les autoportraits. Il était temps !

Comme de coutume chez Fujifilm, le cadrage des selfies est facilité par la présence d’un petit miroir en façade. De son côté, le déclencheur tombe parfaitement sous le pouce. Zéro faute pour l’ergonomie ! De leur côté, les photos de paysages ou de monuments semblent également gagner en précision et en détails.

L'Instax mini 11 reste finalement peu adapté aux classiques prises de vues.
L'Instax mini 11 reste finalement peu adapté aux classiques prises de vues. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES
Les photos de monuments et paysages restent trop petites au format carte de crédit.
Les photos de monuments et paysages restent trop petites au format carte de crédit. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Mais avec des images au format carte de crédit (54 x 86 mm), ce type de vue va clairement manquer de souffle et risque de davantage frustrer que séduire. L’Instax mini 11 reste donc un objet fun et ludique propre à satisfaire la boulimie d’images saisies sur le vif et à développer l’émotion instantanée. Et tant pis si le tout automatique prive l’utilisateur de quelques possibilités créatives, un terrain désormais abandonné à Polaroid et ses appareils instantanés comme le OneStep+.