Coronavirus : Jeux vidéo, streaming et apps de télétravail, les grands gagnants de la crise ?

CONFINEMENT Avec une grande partie de la population mondiale enfermée, l’activité numérique connaît une hausse exceptionnelle

Jalil Chaouite pour 20 Minutes

— 

Jeux-vidéo, streaming et apps de télétravail: les grands gagnants de la crise
Jeux-vidéo, streaming et apps de télétravail: les grands gagnants de la crise — Geeko

Les apps de télétravail ont la cote. Combien de fois avez-vous lu ou entendu le mot « zoom » ces derniers jours ? C’est simple : entre le 1er janvier et le 26 février, Zoom a gagné 2,22 millions d’utilisateurs mensuels… Alors que le gain sur l’ensemble de l’année 2019 s’élève à 1,99 million. Encore plus fort : entre le 22 février et le 22 mars, Zoom a enregistré une hausse de 1.270 % de ses téléchargements journaliers de la version mobile de l’application.

Le 22 mars, 2 millions de personnes ont téléchargé l’application, Android et iOS confondus. Même combat du côté de Microsoft Team (anciennement Skype Entreprise) qui est passé de 20 millions d’utilisateurs quotidiens en novembre dernier à plus de 44 millions le 18 mars. Une preuve s’il en fallait que le télétravail s’adapte à la crise et que les outils mis à disposition des professionnels sont plus que jamais courtisés.

Le jeu vidéo crève le plafond

63 % d’augmentation des ventes en une petite semaine, c’est ce que rapportent les données de Games Sales Data, qui compile les ventes physiques et dématérialisées de plus de 50 pays répartis en Europe (dont la Belgique), au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie. Cela représente tout de même 4,3 millions de jeux vendus entre le 16 et le 22 mars, dont 2,74 millions en version numérique. Un record absolu pour le numérique. Et les chiffres ne risquent pas de baisser avec les excellentes ventes des dernières sorties, à l’image d’Animal Crossing New Horizons, qui totalise déjà plus de 2,6 millions de copies physiques vendues rien qu’au Japon depuis sa sortie le 20 mars.

La plateforme de jeu en ligne Steam ne cesse elle aussi de battre des records, avec plus de 20 millions de joueurs simultanés le 15 mars, et 23 millions de joueurs connectés en même temps le lundi 30 mars. Malgré son âge, Counter Strike Global Offensive détient le record du jeu le plus joué en simultané sur la plateforme, avec 1,1 million de joueurs. Même son de cloche sur consoles, avec le carton historique du nouveau mode multijoueur gratuit de Call of Duty, qui a dépassé les 50 millions de joueurs, et d’excellentes ventes numériques rapportées par la plupart des éditeurs depuis le début du mois de mars.

Explosion des visionnages de contenus pour adultes

Sans réelle surprise, l’un des grands vainqueurs de la quarantaine est bien évidemment la pornographie. En France, selon le secrétaire d’Etat au Numérique, la consultation des sites pornos a grimpé de 50 % depuis le début du confinement. Un engouement qui profite au business des hébergeurs de vidéos, dont la plupart proposent des abonnements premium gratuits pendant la durée de la crise. Même combat du côté des sites de webcams dont plusieurs ont enregistré une hausse de trafic de l’ordre de 20 %.

La plus grosse surprise vient toutefois des réseaux sociaux pour adultes, comme OnlyFans, qui rapportent des chiffres en forte hausse, avec une explosion du nombre d’abonnements payants. Ces plates-formes permettent aux internautes de s’abonner directement aux comptes de leurs actrices et acteurs préférés. Les abonnements mensuels vont d’1 dollar à jusque 99 dollars pour certains comptes, montant auquel il faut ajouter l’achat de vidéos exclusives.

Comme l’explique le San Francisco Chronicles, le succès d’Onlyfans et des plateformes rivales comme Patreon est lié à l’arrêt des activités dans l’industrie du porno. Les acteurs et actrices confinés ouvrent des comptes pour s’assurer des rentrées financières durant la crise en filmant des vidéos ou faisant des photoshoots à la maison. Et le succès est au rendez-vous.

Streaming vidéo : l’énorme succès de Disney+

Sans surprise, la fermeture des cinémas a causé un afflux massif vers les plates-formes de streaming. Si Netflix ne révèle aucun chiffre, la plate-forme indique avoir observé une forte croissance de l’activité de ses utilisateurs depuis le début de la crise.

De son côté, le tout récent Disney+ a tout de même généré 5 millions de téléchargements en Europe le jour de sa sortie, dans les pays où il n’a pas été reporté. En France, où la mise à disposition du service n’est intervenue que le 7 avril suite à une demande du gouvernement pour essayer de préserver la qualité du réseau, la plate-forme de contenu à la demande a été téléchargée 1,8 million de fois. Un joli succès qui a permis à la plate-forme de dépasser le cap des 50 millions d’abonnés.