Coronavirus : Fermé pour cause de confinement, le Muséum d’Angers organise des visites virtuelles… sur « Animal Crossing »

CONFINEMENT Deux fois par semaine, un médiateur scientifique de l’établissement donne rendez-vous aux visiteurs sur « Animal Crossing », jeu sorti récemment sur Switch

Julie Urbach

— 

Le muséum d'Angers se visite dans le jeu «Animal Crossing - New Horizons».
Le muséum d'Angers se visite dans le jeu «Animal Crossing - New Horizons». — «Animal Crossing» / Nintendo
  • Un médiateur scientifique du Muséum de sciences naturelles d’Angers fait visiter son musée virtuel sur Animal Crossing.
  • L’expérience dure 45 minutes et permet d’en savoir davantage sur les fossiles, insectes ou poissons rencontrés dans le jeu.

Comme tous les établissements culturels de France, il a baissé le rideau dès le début du confinement et ce jusqu’à nouvel ordre. Mais le Muséum des sciences naturelles d’Angers a recommencé, virtuellement du moins, à recevoir du public. Depuis quelques jours, il est possible de se promener à travers ses collections d’insectes, de fossiles ou autres poissons… via le jeu vidéo «Animal Crossing», qui remporte un gros succès depuis sa sortie sur Switch. Les mercredis et les dimanches, une visite guidée de 45 minutes est animée par Léo Tessier, médiateur scientifique au musée. Les prochaines affichent déjà complet (sept joueurs à chaque fois).

« Dans le jeu, chaque personnage doit alimenter son propre musée avec les objets et espèces qu’il récolte, raconte ce fan d’Animal Crossing. Je me suis dit que ce serait rigolo de recréer le muséum : la collection est bien sûr différente et moins fournie (une soixantaine d’objets contre 500.000 !). Mais on peut faire des parallèles : dans le jeu, où il y a un vrai souci de réalisme, j’ai par exemple un plésiosaure, ce gros reptile marin de six mètres de long et sa grande mâchoire, également présenté au Muséum. C’est aussi l’occasion de parler d’autres spécimens ou de fossiles, que l’on n’a pas l’habitude de voir en France pour certains. C’est le cas de l’Attacus Atlas, le plus gros papillon de nuit du monde ! »

Crotte fossilisée, araignées et guêpes

Pour participer à cette expérience originale, les visiteurs doivent posséder le jeu et réserver leur session par mail. Ils reçoivent un code qui leur donne accès à « l’île Mayonnaise » où ils sont accueillis par l’avatar de Léo Tessier, reconnaissable par son chapeau de cow-boy et ses jumelles autour du cou. « Je leur demande de se connecter en parallèle sur Skype, indique le médiateur scientifique. Une fois que tout le groupe est là, je commence les explications. On parle de diplodocus, d’empreintes, ou de cette crotte fossilisée, qui permet d’étudier bien en détail ce que mangeaient les dinosaures. On se balade entre les araignées, les punaises, les guêpes… ce qui permet aussi d’aborder le rôle des insectes dans la pollinisation des fleurs. »

Comme lors des visites qu’il anime en temps normal, Léo Tessier mise sur l’interactivité avec le public, qui se connecte des quatre coins de la France. « Je les fais participer, mais ils peuvent aussi me poser des questions par écrit ou via le micro. Pour certains, ils n’ont jamais visité de musée. Peut-être qu’une fois le confinement levé, ça leur donnera envie de venir nous voir en vrai. » En attendant que l’occasion se présente, une visite sera diffusée vendredi matin à 10 heures en streaming.