Oui, la police comptait bien déployer des lanceurs d'eau empruntés aux pompiers le 5 décembre (avant de faire machine arrière)

FAKE OFF Un syndicat de police affirme que la préfecture de Paris va recourir à des lanceurs d'eau utilisés par les pompiers pour assurer le maintien de l'ordre le 5 décembre

Alexis Orsini

— 

Un manifestant à Toulouse, le 13 avril 2019, pendant l'acte 22 des
Un manifestant à Toulouse, le 13 avril 2019, pendant l'acte 22 des — Fred Scheiber/SIPA
  • Le 5 décembre, jour de manifestation contre la réforme des retraites, la préfecture de police compterait utiliser une « nouvelle arme potentiellement létale » face aux manifestants, selon un syndicat policier.
  • Il affirme que les policiers déployés à Paris, utiliseront des lanceurs d'eau portatifs empruntés aux pompiers.
  • La préfecture de police confirme à 20 Minutes l'usage d'un tel matériel, dont l'utilisation est encadrée - et qui avait déjà été utilisé à Montpellier, il y a quelques mois.

Edit du 5 décembre 2019 : Sollicitée de nouveau par 20 Minutes à propos d'un éventuel abandon du recours aux motopompes ce 5 décembre, la préfecture de police nous confirme que les motopompes ne sont finalement « pas intégrées au dispositif de ce jour » et que « pour des raisons évidentes de stratégie opérationnelle, la préfecture de police ne détaillera pas plus son processus de maintien de l'ordre ni l'élaboration de celui-ci ». L'article a été mis à jour en conséquence.

Pour assurer la sécurité de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, jeudi 5 décembre, les forces de l’ordre ne lésinent pas sur les moyens. Mais outre la mobilisation de 6.000 policiers et gendarmes annoncée par le préfet de police, Didier Lallement, les manifestants pourraient aussi faire face à « une nouvelle arme potentiellement létale », à en croire un post Facebook du syndicat France Police – Policiers en colère, syndicat minoritaire classé à droite.

« Plusieurs sources nous indiquent que la Préfecture de police aurait réquisitionné des lanceurs d’eau portatifs appartenant aux pompiers. Problème ? Ces lances débiteraient à environ 11 bars de pression et seraient potentiellement létales à moins de 5 mètres. Les collègues chargés d’utiliser ce matériel n’ont reçu aucune formation et s’inquiètent des conséquences juridiques pesant sur eux en cas de blessé ou de mort. »

En conclusion de ce message, le syndicat appelle le « préfet de police [à] communiquer sur ces lances et, au besoin, [à] démentir si ces informations sont inexactes pour rassurer nos collègues inquiets. »

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, le syndicat France Police – Policiers en colère ajoute : « Un policier a été "réquisitionné" pour une "micro-formation", le 2 décembre, au cours de laquelle des pompiers lui ont montré comment allumer une motopompe et l’éteindre, sans lui fournir de doctrine d’emploi dans le cadre du maintien de l’ordre. Il a saisi sa hiérarchie pour avoir une documentation d’emploi et n’a pas eu de réponse donc il a saisi notre syndicat. »

« Côté pompiers, on nous a aussi dit que cette lance est normalement utilisée contre les incendies, pour casser des murs de feu, donc elle est très puissante », poursuit le syndicat.

Dans cette demande d’information, que 20 Minutes a pu consulter, le policier affirme en effet avoir « participé à une initiation de la mise en marche d’une motopompe » lui expliquant « comment actionner cet engin, allumage, branchement, montée de la puissance, et utilisation des diverses lances à incendie ».

Des engins qui devaient être utilisés... avant que l'idée ne soit abandonnée 

Si les sapeurs pompiers de Paris n’ont pas donné suite à nos sollicitations avant la publication de l’article, la préfecture de police nous confirmait, mercredi 4 décembre, qu'elle prévoyait de recourir à un tel matériel : « En effet, des motopompes vont être intégrées au dispositif. Les engins seront raccordés à des bouches à incendie et utilisés sur ordre par des policiers formés à leur usage, leur but étant de repousser les manifestants hostiles. »

Mais, jeudi 5 décembre, après une nouvelle sollicitation de notre part pour s'assurer qu'elle n'avait pas abandonné l'idée de recourir aux motopompes, la préfecture de police nous confirme que « les motopompes ne sont pas intégrées au dispositif de ce jour », tout en précisant que, « pour des raisons évidentes de stratégie opérationnelle, [elle] ne détaillera pas plus son processus de maintien de l'ordre ni l'élaboration de celui-ci ».

Le recours à un tel matériel n’est en revanche pas inédit, comme le note Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police FO : « Les motopompes avaient déjà été utilisées par la police à Montpellier, il y a quelques mois, pour une manifestation de "gilets jaunes". On l’avait dénoncé à l’époque, en expliquant que l’usage de tout appareil à eau demande une véritable formation aux policiers, puisqu’il s’agit d’un usage bien particulier de l’appareil, auquel ils ne sont pas habitués contrairement à nos collègues CRS avec leur canon à eau. On n’a pas eu de blessés, fort heureusement, mais ces motopompes ont continué à être utilisées. »

En avril, au lendemain de l’acte 20 des « gilets jaunes », le syndicat avait en effet dénoncé, dans les colonnes de Midi Libre, « l’amateurisme » dont aurait fait preuve le directeur départemental de la sécurité publique de l’Hérault en recourant aux « moyens des sapeurs pompiers. »