«Fortnite»: Le jeu vidéo cause de divorces? Ce n'est pas prouvé

FAKE OFF Le jeu en ligne serait de plus en plus cité dans les demandes de divorce en Grande-Bretagne. Cette info est à prendre avec des pincettes...

Mathilde Cousin

— 

Fortnite connaît un succès fulgurant : 125 millions de personnes y jouent dans le monde.
Fortnite connaît un succès fulgurant : 125 millions de personnes y jouent dans le monde. — DELETREE/SIPA
  • « Fortnite » ou la vie en couple ? A en croire le site Divorce Online, de plus en plus de Britanniques donnent le jeu vidéo comme motif de divorce.
  • Le communiqué de presse du site spécialisé a été repris dans de nombreux médias.
  • Il n’est pas prouvé que le jeu soit responsable de 200 demandes de divorce.

Fortnite, jeu phénomène sur internet et cause de divorces au Royaume-Uni ? L’information a fait le tour du monde : des médias britanniques, indiens, canadiens et même français (dont 20 Minutes) ont repris ces derniers jours le communiqué de presse du site Divorce Online.

L’entreprise prétend avoir reçu « 200 demandes de divorces depuis le 1er janvier 2018 où l’addiction à Fortnite et à d’autres jeux en ligne a été citée comme une des raisons du divorce. »

FAKE OFF

Le nombre avancé, 200, est un simple échantillonnage calculé à partir des seules demandes reçues par cette entreprise. Ces demandes « équivalent approximativement à 5 % des 4.665 demandes que nous avons gérées depuis le début de l’année », précise Divorce Online. Cette entreprise est spécialisée dans l’envoi de demandes de divorce par internet, une procédure légale en Grande-Bretagne.

Fortnite n’est pas la seule cause de divorce citée dans le communiqué. Selon Mark Keenan, l’auteur du communiqué et fondateur du site, c’est l’addiction à ce jeu « et à d’autres jeux en ligne » qui est avancée comme motif. Il ne précise pas combien de demandes de divorce citent explicitement le très populaire Fortnite, qui réunissait en juin 125 millions de joueurs dans le monde, moins d’un an après son lancement.

En 2011, c’était Facebook qui était en cause

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise réussit un coup de communication : en 2011, Mark Keenan affirmait que le mot « Facebook » était de plus en plus présent dans les demandes de divorces. Son communiqué avait également été repris sur de nombreux sites. Contacté, Mark Keenan n’a pas répondu à notre sollicitation.

En Angleterre et au Pays de Galles, le divorce doit être motivé

107.000 divorces ont été prononcés en Angleterre et au Pays de Galles en 2016, selon les dernières données disponibles. « Un comportement déraisonnable » est la raison la plus fréquemment avancée pour divorcer. 36 % des maris et 51 % des épouses ont demandé le divorce pour cette cause. De la violence physique ou verbale, l’abus d’alcool ou de drogues ou encore le refus de payer pour les frais du foyer peuvent être avancés comme des causes d’un tel comportement.

En Angleterre et au Pays de Galles, les demandes de divorce doivent être motivées. L’abandon du foyer depuis plus de deux ans, la séparation consentie depuis plus de deux ans, la séparation depuis plus de cinq ans sans consentement ou encore l’adultère peuvent être avancés, en plus du « comportement déraisonnable ».

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.