Crit’Air : De fausses vignettes vendues par des escrocs pour arnaquer les touristes

ALERTE Alors que cette vignette obligatoire dans certaines agglomérations coûte normalement moins de 5 euros, des escrocs la proposent à un prix qui peut atteindre jusqu’à 60 euros

20 Minutes avec Agence
Un panneau signalant une zone à faibles émissions (ZFE), le 25 août 2019, à Paris.
Un panneau signalant une zone à faibles émissions (ZFE), le 25 août 2019, à Paris. — C.FOLLAIN/20MINUTES

L’été rime avec l’arrivée de touristes sur le sol français. Et cela donne des idées à certains malfaiteurs, comme l’ont repéré des chercheurs en sécurité informatique d'ESET avec des arnaques liées aux vignettes Crit'Air, rapporte Phonandroid lundi. Cette vignette permettant de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes en particules fines et oxydes d’azote a été instaurée en France le 1er juillet 2016. Elle est obligatoire pour circuler en voiture dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) ou pour circuler dans les zones à « circulation alternée » lors des pics de pollution.

Une obligation pour les véhicules français mais aussi pour les touristes. D’où la motivation de certains escrocs pour les piéger en créant de faux sites reprenant les codes du portail officiel du gouvernement.

Des vignettes parfois facturées 60 euros

Sur le site officiel, une vignette Crit’Air coût 4,51 euros alors que les malfaiteurs n’hésitent pas à l’afficher à 60 euros en proposant une procédure simplifiée. Car, comme le rappelle Phonandroid, la procédure pour obtenir une vraie vignette peut paraître fastidieuse : de nombreuses informations doivent être fournies.

Mais pour le prix de 60 euros, certaines victimes ne reçoivent pas la moindre vignette ou bien une fausse vignette qui ne servira à rien en cas de contrôle des forces de l’ordre. Or, avec une fausse vignette, les automobilistes encourent une amende forfaitaire de 68 euros, pouvant aller jusqu’à 450 euros.