Un malus pour les voitures trop lourdes en débat à l’Assemblée nationale

RÉFORME Ce nouveau malus, s’il est mis en place, viendrait s’ajouter à celui déjà existant concernant les émissions de CO2

20 Minutes avec agence

— 

Un exemple de véhicule SUV (image d'illustration)
Un exemple de véhicule SUV (image d'illustration) — Fred TANNEAU / AFP

Alors que les discussions du projet de loi de finances ont débuté ce mardi, un amendement concernant le malus lié au poids des véhicules a été déposé par des députés. Ce texte a pour objectif de mettre un coup d’arrêt à la croissance des ventes de véhicules imposants de type SUV, rapporte Autoactu.com.

Les députés souhaiteraient « avantager les petites voitures sobres en énergie, qui restent souvent celles achetées par les ménages modestes, et désavantager les gros véhicules 'luxe' qui bénéficient parfois aujourd’hui de bonus sans être écologiquement responsables ».

15 euros par kilo supplémentaire

Cet amendement vise à prendre en compte la « masse du véhicule » comme barème de ce malus. Concrètement, le texte prévoit qu’au-delà de 1.300 kg, les véhicules écopent d’un malus de 15 euros par kilo supplémentaire, jusqu’à 10.000 euros maximum. Selon des propos rapportés par BFMTV, un SUV Peugeot 3008 se verrait donc infliger un malus de 1.500 euros, en raison de son poids de 1.400 kg. Les députés qualifient ces véhicules de « gouffres énergétiques ».

En revanche, une tolérance de 400 kg sera accordée aux véhicules électriques. De même, les familles nombreuses pourront bénéficier d’un allégement de 300 kg par enfant, à partir du troisième enfant à charge et jusqu’à 550 kg par enfant pour une voiture électrique. Enfin, il est important de rappeler que cet amendement, s’il est mis en place, viendra s’ajouter à celui concernant les émissions de CO2 qui sera durci dès le 1er janvier 2020, rapporte BFMTV, qui cite le site d’informations automobiles.