Rafael Dutay a des petits quelques choses en plus. D’abord un sérieux et une motivation à toute épreuve. Puis huit médailles autour du cou. Et aussi un chromosome. Fin novembre, le nageur niçois a été sacré champion d’Europe de natation. Un titre qu’il est arrivé à décrocher dans sa catégorie handisport, celle des trisomique.

C’est à Bobigny que Rafael Dutay est allé chercher ses trois médailles individuelles en 50 m brasse, 200 m brasse, 100 m brasse et ses cinq titres en équipe. Parmi ces médailles, cinq sont en or. « Je suis très fier. Ça a été une expérience extraordinaire à vivre, se souvient le Niçois de 26 ans. Nager, c’est quelque chose que j’aime et c’est très important pour moi. » Rafael Dutay a commencé à fréquenter les piscines il y a seulement cinq ans. Auparavant, il faisait du judo et de la gym, mais aussi du VTT de descente et du snowboard, qu’il pratique toujours « lorsqu’il n’y a pas de compétition, pour éviter les blessures », précise vite Mickaele Dutay, professeure de sport et mère du pensionnaire de l’équipe de France.

En route vers les JO ?

Aujourd’hui, Rafael Dutay est licencié dans deux clubs, l’ONN et le Trinité sports​, qui lui permettent de s’entraîner six fois par semaine. Car le jeune homme a un objectif : participer aux JO de Tokyo en 2020. « Rafael n’a pas pu partir à Rio en 2016, parce que les qualifications sont trop difficiles pour les personnes trisomiques face aux autres handicaps », pointe Mickaele Dutay.

Si pour Tokyo les délais risquent d’être trop courts, elle espère, pour son fils, une participation à Paris en 2024. D’autant plus que la ministre des Sports Laura Flessel était présente lors du sacre de Rafael à Bobigny. Mais en attendant, « c’est reparti », prévient le champion d’Europe en titre et plusieurs fois recordman. Ce sont les championnats du monde, cet été au Canada, qui l’attendent.