Qatar : Interdites de porter le traditionnel bikini, les Allemandes vont boycotter un tournoi à Doha

BEACH-VOLLEY C’est la première fois de son histoire que le Qatar accueille un tournoi féminin de beach-volley

A.L.G. avec AFP

— 

L'Allemande Karla Borger refuse de jouer en pantalon dans la chaleur étouffante du Qatar.
L'Allemande Karla Borger refuse de jouer en pantalon dans la chaleur étouffante du Qatar. — Yasuyoshi Chiba / AFP

Les stars allemandes du beach-volley Karla Borger et Julia Sude ont annoncé qu’elles allaient boycotter un tournoi au Qatar en raison de l’interdiction de porter un bikini sur le terrain. « Nous sommes là pour faire notre travail mais on nous empêche de porter notre tenue de travail », a justifié Karla Borger dimanche soir sur les ondes de la radio publique allemande Deutschlandfunk. « C’est vraiment le seul pays et le seul tournoi où un gouvernement nous dit comment faire notre travail. Nous critiquons cela », a ajouté la sportive, vice-championne du monde.

Le Qatar est le pays hôte d’un tournoi de la Fédération internationale de beach-volley (FIVB) en mars. C’est la première fois que ce petit Etat du Golfe accueille un tel tournoi féminin de la FIVB, après avoir organisé pendant sept ans une compétition masculine, et en 2019 les Jeux mondiaux de plage, où les joueuses étaient autorisées à porter un maillot de bain. Les joueuses ont été invitées à porter des tee-shirts et de longs pantalons plutôt que les maillots de bain échancrés habituels, une décision motivée selon la Fédération internationale de beach-volley par « le respect de la culture et des traditions du pays hôte ».

Des températures intenables au Qatar

Dans le magazine Spiegel, Karla Borger a insisté sur le fait que si, en temps normal, elle était heureuse de « s’adapter à un pays », la chaleur extrême qui règne au Qatar rend nécessaire le port d’un bikini. Sa coéquipière Julia Sude a fait remarquer que le Qatar avait fait des exceptions pour les athlètes féminines lors des Mondiaux d’athlétisme à Doha en 2019. Sur Deutschlandfunk, Karla Borger s’est interrogée sur la pertinence de désigner le Qatar comme pays hôte d’une telle compétition.