Tennis: «Il n'a pas cessé de me violer»… Une joueuse sud-coréenne raconte le calvaire vécu avec son entraîneur

TENNIS La jeune femme a été violée dès l'âge de 10 ans…

A.H. avec AFP

— 

La jeune femme a été violée à 10 ans.
La jeune femme a été violée à 10 ans. — Jung Yeon-je / AFP

A l’âge de 10 ans, quand Kim Eun-hee rêvait d’être une star de tennis, son entraîneur l’a violée pour la première fois. Aujourd’hui, elle renonce à son anonymat pour dénoncer les abus sexuels subis en silence par les sportives sud-coréennes. « Il m’a fallu des années pour réaliser que c’était du viol, dit Kim Eun-hee à l’AFP. Et pendant deux ans, il n’a pas cessé de me violer. Il me disait que c’était un secret entre lui et moi. »

A 27 ans, la jeune femme parle pour la première fois à un média international, balayant son droit à l’anonymat pour dénoncer les agressions sexuelles infligées aux sportives par leurs entraîneurs. Le système des camps d’entraînement, qui ressemble au modèle communiste qu’on trouve par exemple en Chine, est réputé avoir permis à la Corée du Sud de se dépasser. Mais c’est aussi un terrain fertile pour les abus, particulièrement chez les mineures dont la vie est étroitement contrôlée par les entraîneurs.

Elle a recroisé son agresseur en tournoi

« L'entraîneur était le roi de mon monde, il dictait tout de ma vie quotidienne, de la façon de faire les exercices au moment où je devais dormir et ce que je devais manger », poursuit Kim Eun-hee. Elle dit aussi avoir été régulièrement frappée dans le cadre de sa « formation ». Le coach a fini par être renvoyé lorsque des parents s’étaient plaints de son « comportement suspect », mais il a changé simplement de centre, sans aucune poursuite judiciaire.

Kim Eun-hee a continué à jouer au tennis, croisant son agresseur lors d’un tournoi il y a deux ans. Ce qui a fait ressurgir son traumatisme. « J’étais horrifiée de voir que mon violeur avait continué à entraîner des jeunes joueuses de tennis pendant plus de dix ans comme si de rien n’était », raconte-t-elle.

>> A lire aussi : «Ecoute tu sais, ça arrive dans le milieu»... Harcèlement sexuel, la grande omerta du sport

>> A lire aussi : Prévention, libération de la parole... Où en est-on de la lutte contre la pédophilie en milieu sportif?