Bordeaux : « C'est un joli cadeau de Noël », l'UBB s'offre la place de leader du Top 14

RUGBY Les Girondins occupent pour la première fois de leur histoire la première place après leur victoire contre La Rochelle (20-15)

Clément Carpentier

— 

Nans Ducuing, l'arrière international de l'UBB.
Nans Ducuing, l'arrière international de l'UBB. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • L’UBB devient leader du Top 14 après sa victoire face à La Rochelle.
  • C’est la première fois de son histoire que l’Union Bordeaux-Bègles occupe cette place.
  • Le record d’affluence a été battu pour un match du club au Matmut Atlantique avec 38.305 spectateurs.

« Je vais garder la coupure de presse mais c’est tout », comme Christophe Urios ils seront sûrement quelques-uns lundi matin à garder cet article historique avec une UBB pour la première fois de sa jeune histoire leader du Top 14 après sa victoire contre La Rochelle au Matmut Atlantique (20-15). « Ca fait plaisir » savoure le demi de mêlée Maxime Lucu, « c’est un joli cadeau de Noël et une immense fierté pour tout un club », complète le troisième ligne Cameron Woki.

Et le club marche sur l’eau depuis le début de la saison avec huit victoires, un nul et deux défaites après 11 journées de championnat. Derrière son manager Christophe Urios, l’Union Bordeaux-Bègles continue sa métamorphose à l’image de ce succès et joue désormais dans la cour des grands. Et ce n’est pas un feu de paille : « L’état d’esprit de l’équipe a changé cette saison et cette première place, c’est surtout une belle récompense mais il faut rester humble… », rappelle Maxime Lucu.

La joie de Ravai après son essai de l'UBB.
La joie de Ravai après son essai de l'UBB. - NICOLAS TUCAT / AFP

Record d’affluence pour un match au Matmut Atlantique

Même « plus constante et solide » selon Laurent Marti, l’UBB ne veut vraiment pas se prendre pour une autre : « Leader ou pas, ça ne veut rien dire. On a juste le droit de savourer ce moment », ajoute son président. Savourer aussi cette petite cerise venue se poser sur le gâteau dimanche après-midi avec ce stade plein. D’ailleurs, Christophe Urios y tenait presque plus que son nouveau fauteuil de patron du Top 14 :

« Je rêvais de battre ce p…… de record et on l’a fait, je suis très content de ça. Cette soirée fut parfaite et je vais passer un excellent Noël grâce à Bordeaux cette année. »

Le record d’affluence pour un match de l’Union Bordeaux-Bègles au Matmut Atlantique a en effet été battu avec 38.503 spectateurs. « Une ambiance magnifique » dont se souviendra longtemps le demi de mêlée bordelais encore en Pro D2 à Biarritz, il y a quelques mois. A l’image de son équipe Maxime Lucu vit une ascension fulgurante mais maintenant c’est peut-être le plus dur qui commence pour l’UBB même si Jefferson Poirot se voit encore comme le « chasseur » et le chassé.

Le top 6, l’objectif ultime de cette équipe

Le capitaine du navire et ses jeunes moussaillons comptent bien défendre cette première place bec et ongles : « Il faut la garder maintenant. Quand tu es en haut du tableau, on a forcément envie d’y rester. Après je ne pense pas qu’on va nous cibler parce qu’on est premier. On nous ciblait déjà avant. On ne va pas jouer en pensant qu’on est premier », explique Cameron Woki du haut de ses 21 ans.

Premier test dès le week-end prochain à Pau pour un nouveau derby aquitain et les supporters de l’UBB peuvent compter sur Christophe Urios pour ne pas s’écrouler une fois de plus après un début de saison en fanfare : « S’ils n’ont pas les épaules pour assumer cette place de leader, on ira faire un peu de muscu (rires) ».

La rage de Christophe Urios, le manager de l'UBB.
La rage de Christophe Urios, le manager de l'UBB. - NICOLAS TUCAT / AFP

Et si l’Union Bordeaux-Bègles n’a que trois petits points d’avance sur son dauphin (Lyon), elle en a 14 sur le septième. Quand on sait que le top 6 est l’objectif de la saison, c’est plutôt bien parti. Une nouvelle première historique ?