Roland-Garros: La Décima de Nadal, Halep, les Suisses... 5 bonnes raisons de continuer à suivre le tournoi

TENNIS C'est pas parce qu'il n'y a plus de Français qu'il faut arrêter de suivre Roland-Garros...

William Pereira

— 

Rafael Nadal va-t-il rafler la Décima.
Rafael Nadal va-t-il rafler la Décima. — Hasenkopf/Shutterstock/SIPA

De notre envoyé spécial,

Ca y est. C’est terminé. Il n’y a plus de Français à Roland-Garros. Caroline Garcia a bien essayé de bousculer la hiérarchie contre Karolina Pliskova (6-7, 4-6) mais elle a dû se rendre à l’évidence : il y a encore une marche à franchir pour atteindre le niveau d’une demi-finaliste du grand chelem. C’est triste. D’ailleurs on n’a plus que nos yeux pour pleurer.

Mais n’allez pas croire que c’en est fini de notre Roland. Ne soyez pas sceptiques. Et quand bien même vous le seriez, on a trouvé mille et une raisons (enfin cinq, et c’est déjà très bien comme ça) de suivre la fin de nos Internationaux de France avec en prime l’expertise de l’ancienne numéro 11 mondiale, Nathalie Dechy, croisée par hasard au players lounge.

  • Parce que Thiem vs Nadal sera la finale des cinq prochaines années

Dans le coin rouge, le nonuple vainqueur de Roland-Garros, 1m85 pour 85 kg, Rafaeeeeeel Nadaaaal ! Dans le coin bleu, le challenger. Il nous vient d’Autriche et vient de coller trois sets au tenant du titre Novak Djokovic dont un 6-0 pour finir. Il mesure 1m85 pour 79 kg… Dominiiiiiic Thiem ! On vous prévient, il va falloir s’habituer à ce combat de cogneurs. Car la demi-finale d’aujourd’hui sera la finale de demain. Maudits soient ceux qui rateront ce duel épique. Nathalie Dechy est presque d’accord avec nous.

« Nadal n’est plus tout jeune, donc peut-être pas sur les cinq prochaines années. Mais c’est vrai que Dominic Thiem va devenir une valeur sûre. On dirait un morceau de fer. Physiquement, il est très tonique, et il est en train d’acquérir de l’expérience. On attendait plus Zverev après Rome, mais finalement on se rend compte que Thiem est plus complet et mature. »

Quant à Nadal, on part du principe qu’il est insubmersible à Paris, et qu’il a bien encore quelques finales à Roland sous le pied.

  • Parce que Wawrinka et Bacsinszky sont un peu français

« Ils sont francophones, ils connaissent bien les lieux et ils sont sympas. Regardez Timea [Bacsinszky], elle est souriante, elle se prête au jeu », explique la Française, pointant du doigt la Suissesse, en train de distribuer des sourires et de toucher un ou deux mots à qui la demande, sac de raquettes sur les épaules. De toute façon pour nous c’est clair. Depuis son discours plein de classe après avoir vaincu Kristina Mladenovic – elle s’était entre autres excusée d’avoir éliminé la dernière représentante tricolore – on a totalement adopté Bacsinczky, et on vous conseille d’en faire de même.

>> A lire aussi : Roland-Garros: Pote avec Monfils et Paire, embrouilles en Coupe Davis... Wawrinka, doit-on l'aimer ou le détester?

Et puis Stan, on le connaît. Le Vaudois est super pote avec Gaël Monfils et Benoît Paire (à qui il fait même la cuisine), comme on vous en parlait plus tôt dans la quinzaine. Autant dire que ces deux-là méritent tout notre soutien. C’est pas le moment de les lâcher.

  • Parce que la Décima de Rafael Nadal

On vous voit venir. Il n’y a pas de suspense, Rafael Nadal va poutrer tout le monde en trois sets, et gnagnagna… Eh bien vous avez raison. Mais il ne faut pas oublier un détail : si Rafael Nadal remporte ce Roland-Garros, ce sera la fameuse Décima. Vous imaginez ? Dix. Dix fichues éditions d’une seule et même levée du grand chelem. Personne ne l’a fait, pas même vous dans vos plus beaux rêves. Et plus personne ne le refera après lui. Ce week-end sera donc l’occasion d’assister à un événement surnaturel comme on n’en voit qu’une fois dans sa vie.

  • Parce que Simona Halep va enfin gagner un tournoi du grand chelem

« Simona Halep nous a livré contre Sharapova l’une des plus belles finales de ces dernières années à Roland-Garros ». Faites confiance à Nathalie Dechy, elle sait de quoi elle parle. Jusqu’ici malheureuse lors des matchs décisifs en grand chelem, la Roumaine a largement mérité de rejouer une demi-finale à Paris et, on l’espère, une nouvelle finale aussi. Héroïque contre Svitolina, écrasante le reste de la quinzaine, Halep régale sur les courts. Jeu long, amorties, volée… elle possède tous les coups et ne se contente pas de bourriner derrière sa ligne. Oui, Simona va gagner Roland-Garros, et ça sera une superbe victoire pour le beau tennis.

  • Parce que c’est Roland-Garros, merde !

Quand on regarde une étape de plat du Tour de France, ce n’est pas pour le suspense et encore moins pour voir un Français s’imposer. C’est pour allumer la télé et faire une sieste avec la Grande Boucle en fond sonore. Là c’est un peu le même principe, mais avec des gens qui tapent dans une balle jaune avec une raquette. Nathalie Dechy vous le dira mieux que nous. « Roland-Garros, c’est une ambiance. Ça évoque le printemps. Pour certains, c’est un moyen d’accompagner cette période de révisions. C’est un contexte. Pour les Parisiens il y a le "tous en finale" qui permet de profiter d’un lieu important de la ville. C’est un tout. » Et c’est tout.