20 Minutes : Actualités et infos en direct
JO 2024A la découverte de la Marina de Marseille pour le premier grand test des JO

JO de Paris 2024 : A la découverte de la Marina de Marseille pour le premier test grandeur nature des Jeux

JO 2024Marseille accueille cette semaine le « test event » de voile à un an du début des Jeux olympiques de Paris 2024, l’occasion de découvrir la Marina et le lieu des épreuves
Le « test event » a lieu du 9 au 16 juillet à Marseille en guise de grande répétition des compétitions de voile à un an du début des Jeux Olympiques 2024.
Le « test event » a lieu du 9 au 16 juillet à Marseille en guise de grande répétition des compétitions de voile à un an du début des Jeux Olympiques 2024. - Adrien Max / 20 Minutes
Adrien Max

Adrien Max

L'essentiel

  • Le « test event » de voile se déroule à la Marina de Marseille du 9 au 16 juillet.
  • Il s'agit de la première grande répétition à un peu plus d'un an du début des Jeux olympiques de Paris 2024.
  • 20 Minutes vous fait découvrir le lieu de toutes les compétitions de voile, qui regroupe pas moins de 10 disciplines.

A la Marina de Marseille,

Le soleil frappe fort et le vent souffle déjà tout autant sur la nouvelle Marina de Marseille, en ce premier jour d'entraînement en vue du « test event » de voile, grande répétition à un peu plus d'un an du début des Jeux Olympique de Paris 2024. Tout n’est pas encore parfaitement prêt ce vendredi, des barrières de protection entourent les derniers bâtiments en finalisation, mais l’essentiel est en place pour accueillir les 350 athlètes de 60 pays attendus pour la compétition, qui débute dimanche.



Le bâtiment presse trône à l’entrée, suivent tous les autres, comme les hangars, les vestiaires, nécessaires pour les dix disciplines qui se dérouleront sur la Marina : la planche à voile à foil (IQFoil) femmes et hommes, le dériveur double (49er) femmes et hommes, le dériveur solitaire femmes (Laser Radial ILCA 6) et hommes (Laser Radial ILCA 7), le kiteboard (formula kite) femmes et hommes, le catamaran à foil double mixte et le dériveur double mixte (470).

« L'objectif de ce test-event est d'entraîner les équipes d'organisation et de tester le sportif, le médical, le technique et le technologique », a résumé il y a quelques jours Cédric Dufoix, responsable des sites de Marseille et Nice pour Paris 2024, lors d'une conférence de presse.

« De très belles infrastructures »

Sur terre, les bénévoles du centre d’accueil distribuent les premiers équipements, gourde, casquette et coupe-vent, tandis que de l’autre côté, d’autres offrent les premiers repas aux athlètes. Un peu plus loin, certains préparent leurs machines pour le début des entraînements à l’ombre des bâtiments, ou plein soleil, à quelques centimètres de l’eau, pour d’autres sous les yeux d’ouvriers en train de finir les derniers travaux.

Les Françaises Lara Granier et Amélie Riou hissent les voiles de leur dériveur 49er avant de filer sur le plan d’eau, qu’elles connaissent bien. « Ça fait 8 ans que je suis à Marseille, les infrastructures ont vraiment changé la donne. Le pole France est aménagé depuis quelques mois, on a tout parfait comme on voulait. On a les hangars dans lesquels on peut rentrer les bateaux entièrement avec les voiles, la salle de musculation, les salles de récupération, de réunions. C’est vraiment parfait pour s’entraîner. On vient de découvrir les bâtiments terminés pour les Jeux olympiques, ça a l’air parfait, de très belles infrastructures », savoure Lara Granier.


NOTRE DOSSIER JO 2024

En mer, les premiers athlètes découvrent un plan d’eau exceptionnel, réparti en quatre zones en fonction des disciplines. La Bonne Mère surveille les 49ers qui s’approchent de près du château d’If, tandis que les kites boarder tentent de ne pas se faire éblouir par le blanc scintillant du stade Vélodrome, au loin. Un spectacle assez saisissant, alors que ce ne sont que les entraînements. Il s'annonce particulièrement grandiose à partir de ce dimanche. Un bel avant-goût de ce qui attend Marseille l'été prochain.

Sujets liés