Bordeaux : L’incroyable destin de Manu Mayonnade champion du monde avec les Pays-Bas

HANDBALL FEMININ A 36 ans, le Girondin continue d’éclabousser de tout son talent la planète handball

Clément Carpentier
— 
Manu Mayonnade, un Girondin sur le toit du monde.
Manu Mayonnade, un Girondin sur le toit du monde. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • Emmanuel Mayonnade est devenu champion du monde de handball avec l’équipe féminine des Pays-Bas.
  • Originaire du Bassin d’Arcachon, il a commencé à entraîneur au plus haut niveau à 23 ans.
  • Depuis 15 ans, il enchaîne les titres et pourrait bientôt être nommé entraîneur de l’équipe de France.

Prodigieux. Voilà le mot qui vient instantanément à la lecture du parcours d’Emmanuel Mayonnade. Le Girondin vient en effet d’inscrire un nouveau titre à son palmarès long comme le bras à seulement 36 ans ! Ce dimanche, l’entraîneur français est devenu champion du monde de handball avec l’équipe féminine des Pays-Bas. Une forme de consécration pour ce bosseur acharné.

« C’est un énorme bonheur, je suis ravi, je suis enchanté », a-t-il déclaré quelques minutes à France Bleu seulement après son sacre à l’autre bout de la planète. Pourtant, c’est bien un très mauvais coup du sort qui l’a poussé à enfiler le costume d’entraîneur il y a maintenant une quinzaine d’années. C’était en 2005. Une année où ce pur produit du Bassin d’Arcachon perd son oncle et se retrouve du jour au lendemain sur le banc de Mios-Biganos en LFH (Ligue Féminine de Handball) à 23 ans.

Manu Mayonnade, champion du monde de handball féminin avec les Pays-Bas.
Manu Mayonnade, champion du monde de handball féminin avec les Pays-Bas. - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Titre sur titre !

Très attaché à son club de toujours, Emmanuel Mayonnade ne partira jamais de lui-même malgré de très nombreuses propositions. Il ne quittera qu’en 2015 le club girondin pour cause de dépôt de bilan et après avoir remporté une Coupe de France (2009) et deux petites coupes d’Europe (2011 et 2015). Et qui frappe alors à la porte ? Metz, le meilleur club français : « Il fallait qu’il parte. Tout ce qu’il fait fonctionne. Même lui ne s’entendait pas à aller si loin, mais il doit avoir un don », confie aujourd’hui son ancienne joueuse Myriam Bord-Korfanty à L’Equipe.

Depuis il continue son parcours sans-faute : quatre titres de champion de France et première participation d’une équipe française au Final Four de la Ligue des champions. Solide le Girondin. Et puisqu’il est si bon, ce sont les dirigeants hollandais qui lui ont ouvert en grand les portes de leur sélection en février dernier. Bien leur en a pris, quelques mois plus tard, il leur ramène une médaille d’or autour du cou alors que la meilleure joueuse du pays avait pris sa retraite en début d’année.

Bientôt à la tête de l’équipe de France ?

Alors c’est quoi son secret ? « Je dois avoir une bonne étoile… Il y a eu du chemin de fait, c’est sûr, mais j’ai surtout eu la chance d’avoir un entourage familial qui m’a toujours inculqué la valeur travail », rappelle-t-il humblement à Sud Ouest. Reste qu’il est maintenant qualifié pour les JO de Tokyo et qu’il compte bien aller rajouter très rapidement une ligne à son incroyable palmarès.

Tout ça avec le maillot orange sur les épaules. Après comment la France pourrait se priver de ce qu’il se fait de mieux dans le handball féminin ? Beaucoup mettent une pièce aujourd’hui sur sa future nomination à la tête de la France. Et pour le coup, d’autres sont prêts à mettre un billet sur un titre de champion du monde ou une médaille d’or olympique pour les Bleues avec Emmanuel Mayonnade à sa tête. C’est son destin.