Mondial de handball : L’élimination des Bleues est « une bonne claque », reconnaît Olivier Krumbholz

HANDBALL Mais au moins, les Bleues ont constaté leurs lacunes à quelques mois des JO de Tokyo

N.C.

— 

Olivier Krumbholz, le sélectionneur de l'équipe de France, déçu par l'élimination au premier tour du Mondial de handball 2019
Olivier Krumbholz, le sélectionneur de l'équipe de France, déçu par l'élimination au premier tour du Mondial de handball 2019 — Michel Euler/AP/SIPA

Les Bleues sont tombées de haut. Championnes du monde et d’Europe en titre, les joueuses de l'équipe de France de handball ont été éliminées dès le premier tour du championnat du monde au Japon, vendredi, après une ultime défaite contre le Danemark (20-18). « C'est difficile, mais on ne méritait pas mieux », résume la capitaine Allison Pineau.

Les Françaises sont en effet apparues empruntées pendant toute cette première phase, notamment en attaque. Le sursaut entrevu face à l’Allemagne mercredi n’a pas survécu aux multiples arrêts de Sandra Toft, l’extraordinaire gardienne danoise. « Elle a été la joueuse du match. Mais je n’ai pas envie qu’on se cache derrière des excuses, on n’a pas été bonnes, estime Béatrice Edwige. Il faut se remettre au travail. On va se mettre en ordre de marche pour les Jeux olympiques et se battre. »

Cette élimination précoce ne remet pas en cause la qualification pour les prochains JO de Tokyo, acquise de longue date. Ce rendez-vous reste le gros objectif de cette génération de joueuses, qui va pouvoir se servir de ce Mondial joué de travers pour revoir certains fondamentaux. C’est en tout cas comme ça que le voit Olivier Krumbholz. « C’est une bonne claque sur laquelle on peut paradoxalement peut-être construire quelque chose, espère le sélectionneur. C’est un avertissement. Faisons preuve d’humilité et remettons-nous au travail. » L’exemple des garçons, champions olympiques en 2012 quelques mois après un Euro complètement raté (12e), est une bonne référence sur laquelle s’appuyer.