20 Minutes : Actualités et infos en direct
Football« Avant, les Coréens s’en fichaient du PSG »… A Paris, la hype Kang-in Lee

PSG-Newcastle : « Avant, les Coréens s’en fichaient du PSG »… Comment la hype Kang-in Lee fait le bonheur de Paris

FootballLe PSG reçoit Newcastle, ce mardi en Ligue des champions, et pourra compter sur le soutien de plusieurs supporteurs asiatiques venus spécialement voir Kang-in Lee
De nombreux supporteurs sud-coréens viennent assister aux matchs du PSG.
De nombreux supporteurs sud-coréens viennent assister aux matchs du PSG. - Blondeau/AOP.Press/SIPA / SIPA
Antoine Huot de Saint Albin

Antoine Huot de Saint Albin

L'essentiel

  • Alors que la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions n’est toujours pas acquise, le PSG accueille Newcastle, ce mardi soir, au Parc des Princes.
  • Dans les tribunes, de nombreux Sud-Coréens devraient venir soutenir le petit prodige Kang-in Lee, arrivé cet été dans la capitale.
  • Très médiatisé depuis le plus jeune âge, l’ancien joueur de Valence est une vraie célébrité, au point de concurrencer Kylian Mbappé dans la vente de maillots.

Dans ce monde merveilleux qu’est le football, vous n’avez sûrement pas échappé aux footix, ces supporteurs, un peu en carton, qui voguent d’équipes en équipes au gré des (bons) résultats. Vous n’échapperez pas, non plus, surtout si vous suivez le Paris Saint-Germain, qui reçoit Newcastle, mardi en Ligue des champions, aux Kang-in Lix, ces supporteurs qui voguent d’équipes en équipes au gré des mouvements de Kang-in Lee. Oui, car le recrutement du milieu de terrain sud-coréen cet été a provoqué l’arrivée, massive, de nouveaux fans.

Si vous traînez autour du Parc des Princes un soir de match, à côté des maillots floqués Mbappé ou Zaïre-Emery, vous verrez une palanquée de supporteurs avec celui de Kang-in Lee et son numéro 19, souvent accompagnés du Taegeukgi, le drapeau sud-coréen. Comme Jeong-Hoon (22 ans) et Sang-Woo (23 ans), deux amis croisés vendredi, en marge du match contre Monaco (5-2), venus spécialement de Séoul pour voir jouer leur idole. Et, drame national, Lee n’a pas disputé une seule minute de la rencontre. « C’est une fierté de le voir ici, avec Mbappé et tous ces grands joueurs, nous expliquaient-ils avant la rencontre. On ne sait pas si on pourra revenir. Le voyage est très cher, et on est étudiants. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Il y avait une légion sud-coréenne venue pour le voir »

D’autres compatriotes attendaient, en vain, le joueur prodigue après la rencontre à la sortie du parking, dans l’espoir de pouvoir faire une photo ou avoir un autographe. Une scène qui se répète inlassablement depuis plusieurs années, même lorsque Kang-in Lee évoluait à Valence, où il est arrivé dès l’âge de 10 ans, et à Majorque, où le gamin (22 ans) a passé deux saisons avant de signer au PSG pour 22 millions d’euros cet été.

« Ce qui se passait autour de lui, c’était spectaculaire, se rappelle Miguel Chacartegui, journaliste au Diario de Mallorca. Rien qu’aux entraînements, il y avait une légion sud-coréenne, venue spécialement le voir. Et quand on allait en conférence de presse, on les voyait attendre aux portes du centre d’entraînement pour le voir ou faire une photo avec lui. Pareil à Son Moix [le stade du RCDM], après le match, ils faisaient la queue. » »

Il faut dire que toute une génération de Sud-Coréens a grandi avec Kang-in Lee, un peu comme nous avec Loana et Jean-Edouard, présent dans un programme de télévision à l’âge de 6 ans. C’était dans « Fly Shoot Dori », en 2007, une émission de téléréalité qui permettait à des minots de s’entraîner avec des coachs. « Même à 6 ans, son talent était évident et il représentait l’avenir du football coréen, raconte Jim Bulley, journaliste au Korea JoongAng Daily. Il a continué à être suivi quand il a commencé à jouer dans les équipes de jeunes en Corée, avant de partir à Valence. Même s’il était une figure connue, sa célébrité n’a fait qu’augmenter à partir du Mondial U20 en 2019. »

Vendredi soir, face à Monaco, on a pu rencontrer une vingtaine de supporteurs sud-coréens.
Vendredi soir, face à Monaco, on a pu rencontrer une vingtaine de supporteurs sud-coréens. - N. Camus / 20 Minutes

A 6 ans dans une émission de téléréalité

A 18 ans, le garçon a trouvé le moyen d’amener sa sélection en finale du tournoi et a été, en sus, élu meilleur joueur de la compétition, une première pour un Sud-Coréen. Il n’en fallait pas plus pour que la machine s’emballe. Et son arrivée au PSG cet été, n’a fait que confirmer la hype autour du joueur. Et autour de son nouveau club, surtout. « Kang-in Lee est l’un des athlètes les plus populaires ici, donc sa signature au PSG, ou même le fait que Paris vienne faire une tournée au Corée du Sud cet été, n’a pas changé grand-chose sur ce point. Surtout que son nom va au-delà du foot, même les gens qui ne suivent pas le foot le connaissent, relève Jim Bulley. Par contre, ça a un énorme impact sur la popularité du PSG ici. »

Il n’y a qu’à voir le nombre de personnes revêtant le maillot du PSG, lors des matchs de l’équipe nationale, des « centaines », selon Bulley, qui se mêlent aux maillots de Tottenham (Heung-min Son), du Bayern (Kim-min Jae) ou Wolverhampton (Hee-chan Hwang)… D’ailleurs, la liquette du n°19 du PSG est la plus vendue, devant même celle de Kylian Mbappé, sur Internet, rapporte Le Parisien. Dans les boutiques, le maillot de Kang-in Lee est le deuxième plus mis en avant (et le deuxième plus vendeur, aussi) derrière le capitaine de l’équipe de France, devant même celui d’Ousmane Dembélé. Des chiffres qui ne surprennent pas Jim Bulley :

« Il se passe la même chose qu’avec Son à Tottenham. Pendant plusieurs années son maillot a été le plus vendu dans le Tottenham store à Londres parce qu’il y avait énormément de Coréens qui voyageaient pour le voir jouer. Aujourd’hui, sur Instagram, tu n’as que des photos de Coréens qui posent avec le maillot de Kang-in Lee à Paris. » »

Coordonner tourisme et match du PSG

Mihye Blin est bien placée pour le savoir. La directrice de l’agence de voyages Entre Paris et Séoul, basée dans la capitale française, reçoit énormément de demandes de Coréens voulant assister à un match au Parc des Princes : « Avant que Lee Kang-in soit à Paris, les Coréens s’en fichaient du PSG. Les gens essaient de coordonner leur voyage avec un match du PSG. Depuis septembre, par mon agence, on a dû envoyer 200 Coréens à un match du PSG. »

Et l’intéressé, qu’en pense-t-il ? Après sa belle entrée, avec un but à la clé, en Ligue des champions face à l’AC Milan au Parc des Princes, l’ancien joueur de Valence avait été envoyé devant les micros. Et évidemment, on lui avait posé la question sur l’engouement qu’il suscitait. « Avant tout, je veux remercier les fans de Paris, et mes fans. Et j’essaierai toujours, chaque jour, d’aider mon équipe pour qu’on s’améliore. » Comme quoi, il n’y a pas besoin de beaucoup parler pour entretenir un mythe.

Sujets liés